Premier été en pâturage intensif (résultats)

Jean-François Cardin est convaincu de l'avantage économique des pâturages intensifs.

Jean-François Cardin est tellement satisfait de sa première saison qu’il songe en faire plus grand cet été. Les résultats sont là. L’économie du coût de gain des mâles est très intéressante. Il en a coûté 0,59 $ par livre de gain en 2011 (1,30 $/kg), comparativement à 1,43 $ en 2010 (3,15 $/kg). Pour 2010, le calcul inclut le coût du foin (1,88 $/jour), des grains (1,72 $/jour), de l’utilisation du tracteur (0,22 $/jour) et de l’épandage du fumier (0,04 $/jour). En 2011, le coût du foin est plus modeste (0,09 $/jour), mais il faut ajouter le coût du pâturage qui inclut la location de la terre, l’engrais et l’amortissement sur cinq ans des achats de clôtures et équipements d’abreuvement (total de 1,80 $/jour). Par contre, il y a un revenu de foin (0,18 $/jour). Il en a donc coûté 1,71 $/jour par couple vache-veau mâle en 2011, comparativement à 3,86 $ l’année précédente.

De leur côté, les femelles n’ont été alimentées qu’au foin de balles rondes tout l’été en 2011, contre du foin et du grain en 2010. Elles ont donc connu un meilleur gain en 2010, 2,71 lb/jour contre 2,22 en 2011 (1,23 kg en 2010 et 1,01 kg en 2011).

« Oui, je le ferais encore, avoue Jean-François Cardin. J’ai l’intention d’en faire plus grand, mais c’est toujours le dilemme entre faire du grain et du foin. » L’éleveur croit que les bénéfices des pâturages intensifs sont grands et que ceux qui n’en font pas usage auraient avantage à changer leur mentalité. « Sans aller nécessairement tous les deux jours, ils pourraient au moins diviser leurs parcelles, dit-il. Au moins, faire des rotations aux 5 à 6 jours. Quand on se promène dans la campagne, on voit souvent des animaux qui restent dans le même pâturage tout l’été. » Voilà un changement de mentalité payant !

L’article complet est publié dans le numéro de mai 2012 du Bulletin des agriculteurs, en page 47.

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires