Aux petits oiseaux

Plus on s’implique, plus l’effet d’entraînement se propage chez les agriculteurs et dans notre voisinage

On est déjà en semaine de relâche scolaire, signe que ma période de relâche achève. J’ai quand même passablement réussi mes objectifs de prendre le temps de lever le pied cet hiver. Prendre le temps de décrocher un peu, me mettre moins de pression, prendre le temps de savourer mes randonnées matinales et de finir mes journées autour de 18 heures.

On planifie et on explore différents projets tout en se concentrant sur des travaux sans objectif de performance de rendement. Pierrot pratique son soudage à l’aluminium et moi j’ai avancé mon projet de nichoir pour nos hirondelles. Une heure ou deux, ici et là. Idéal pour couper mes journées et changer le mal de place. C’est un peu le bordel. Il y a du brin de scie partout et des tas de vieilles planches de grange empilées que je découpe et recolle afin de perdre le moins de bois possible. Au final, ça donne un look intéressant à nos condos. Je réalise que l’idée d’en construire 200 est un objectif élevé à court terme. J’en ai seulement une quarantaine que je pourrai ajouter aux quinze déjà en place.  Je vais donc devoir étaler mes projets de construction parce qu’à partir de la semaine prochaine je change de vitesse. Je me dis que ti-train va loin en autant qu’il reste sur les rails.

Pourquoi taponner à construire des nichoirs? Perdre du temps selon certains. Pour nous, c’est prendre du temps pour les installer, les inspecter en plus de les nettoyer. En fait, depuis qu’on a commencé timidement à en installer quelques-uns on a réalisé rapidement que les locataires s’empressaient à s’y installer. Alors, pourquoi ne pas continuer d’en mettre à des endroits propices pour qu’ils puissent s’établir sur nos 17 km de bandes riveraines ou dans nos zones de haies brise-vent.

Nichoirs fabriqués avec de vieilles planches récupérées de différentes granges. Porte trois couleurs. photo: Paul Caplette

Oyé! Oyé! Condo gratuit pour services écologiques en retour! Est-ce payant? Ça vaut-tu le trouble? Difficile de mesurer à court terme, mais pourquoi je devrais mettre des signes de $$$ pour donner une signification au projet. Je me sens toujours fier quand j’observe la beauté de nos campagnes parce qu’au fond je sais qu’on y contribue par notre travail et qu’on s’en soucie quotidiennement.

Plus on s’implique, plus l’effet d’entraînement se propage chez les agriculteurs et dans notre voisinage. J’ai déjà un voisin tout près de chez nous qui projette de fabriquer des nichoirs à son goût et de les installer au pourtour d’une de nos terres et j’en ai rencontré un deuxième ce weekend qui me disait s’intéresser aux oiseaux et vouloir fabriquer des nichoirs. « Bingo! J’ai justement une bande riveraine à revaloriser tout près de chez toi. Fabrique tes nichoirs à ton goût. Je peux te fournir les piquettes et tu pourras aller observer l’achalandage. » Un deal win win et une bonne entente de voisinage. Je me sens aux petits oiseaux :-)

à propos de l'auteur

Agriculteur et collaborateur

Paul Caplette

Paul Caplette est passionné d’agriculture. Sur la ferme qu’il gère avec son frère en Montérégie-Est, il se plaît à se mettre au défi et à expérimenter de nouvelles techniques. C’est avec enthousiasme qu’il partage ses résultats sur son blogue Profession agriculteur.

Articles récents de Paul Caplette

Commentaires