« Derecho », la part des choses

Importants dommages aux cultures de l’Iowa

On parle beaucoup depuis quelques jours du fameux « derecho », en français, « ligne droite ». Et ça décrit assez bien ce phénomène météo en lui-même, un front très large en léger arc de cercle qui se déplace rapidement en ligne droite, et couvre une longue distance en occasionnant de très fortes rafales de vent.

En début de semaine dernière, lundi, le phénomène a eu lieu de manière particulièrement impressionnante, couvrant pratiquement l’ensemble de l’État de l’Iowa aux États-Unis, où cette année, 16% des acréages américains en maïs et 12% en soya sont cultivés. Ceci en fait pour 2020 le 1er État producteur de maïs, et le 2e en soya.

Nul besoin de dire que cet imprévu météo in extremis, en pleine fin de saison, aura occasionné d’importants dommages aux cultures de l’Iowa. Sur les réseaux sociaux, de nombreuses images de champs de maïs aplati par le vent, ou même de silos arrachés et tordus par les rafales ont abondamment circulé.

Évidemment, avec toute cette histoire, il n’en fallait davantage pour que la machine à rumeur s’emballe de nouveau sur l’étendue des dommages, ainsi que les pertes à prévoir dans les récoltes de maïs et soya en Iowa.

Remettons maintenant les pendules à l’heure un peu…

Les instances officielles de l’Iowa ont parlé initialement de dommages sur plus de 10 millions d’acres, sans pour autant spécifier, selon les informations que j’en ai, s’il s’agit spécifiquement de terres agricoles, et encore moins s’il s’agit de superficies en maïs, ou encore en soya, etc..

Un peu plus de recherche permet ensuite d’apprendre que, de son côté, le USDA a indiqué qu’il y avait 57 comtés qui ont été touchés par Derecho, comportant 14 millions d’acres de cultures assurées, dont 8,2 millions d’acres de maïs et 5,6 millions d’acres de soya.

En lisant bien cette information, on comprend bien maintenant que c’est 14 millions d’acres de cultures assurées, et non 14 millions d’acres de cultures endommagé ou pire, « perdues ».

Loin de moi l’idée qu’il n’y a pas eu de dommages importants. Je suis convaincu que ce soit le cas. Mais, à lire les commentaires et rumeurs, on finit par croire que tout soit pratiquement perdu. Ce n’est pas le cas…

Cette semaine a lieu le Pro Farmer Crop Tour dont la Tournée des Grandes Cultures au Québec, qui aura lieu vendredi le 28 prochain, s’est inspiré il y a 7 ans.

Cette tournée à partir d’équipes au sol, avec différents trajets, permet de couvrir plusieurs des importants États producteurs de maïs et soya dans le Midwest américain, incluant bien entendu l’Iowa.

Avec le derecho, j’étais donc particulièrement curieux de voir cette année ce que seraient les observations des équipes en Iowa. Et le verdict?

Jusqu’ici, les rendements en maïs et soya ne seront pas nécessairement bons de nouveau cette année. Mais attention, non pas nécessairement uniquement en raison du derecho, mais aussi en raison de conditions beaucoup trop sèches qui ont sévi pendant un bon moment en Iowa. D’ailleurs, de ce que je vois sur les réseaux sociaux (Twitter #pftour20), plusieurs des participants font surtout mention de petits épis affectés par la sécheresse, plus que de champs aplanis par le derecho.

Ceci dit, des superficies ne pourront certainement pas non plus être récoltées en raison du derecho. D’ailleurs, dans cette veine, pour bien en évaluer les répercussions, le USDA a annoncé ce mardi qu’il allait réaliser un sondage auprès des producteurs de l’Iowa pour bien évaluer les pertes en superficies récoltées à prévoir cette année. Les résultats seront présentés plus tard cet automne.

Dans l’immédiat, que peut-on conclure de derecho et de ses répercussions sur le marché des grains?

Mon opinion, je ne doute pas que des pertes importantes soient à prévoir. On peut rapidement parler à mon avis de 200 à « peut-être » 500 millions de boisseaux dans le pire des cas, en tonnes, 5 à 13 millions de tonnes. C’est quelque chose, et on ne peut prendre ce volume à la légère.

Par contre, on ne doit pas non plus perdre de vu qu’avant que ce phénomène météo ne frappe, le USDA avait indiqué dans la semaine précédente qu’il prévoyait des stocks américains pour la prochaine année en maïs de plus de 2,7 milliards de boisseaux (70 millions de tonnes) contre 2,2 milliards de boisseaux cette année (56 millions de tonnes). Ce sont les plus importants stocks américains de maïs depuis la récolte de 1987!

Derecho ou non, il serait donc très étonnant pour le moment de penser que nous puissions avoir des stocks américains de maïs assez abaissé pour faire grimper les prix de manière importante à moyen terme.

À moins que la demande et les exportations américaines de maïs bondissent au cours des prochains mois, nous devrons donc composer avec encore beaucoup de maïs sous la main aux États-Unis. Par ricochet, les prix à Chicago risquent encore d’éprouver beaucoup de difficultés à franchir la barre du 3,50-3,75 $US/bo..  S’il y a donc eu un engouement des marchés à Chicago depuis une semaine, on parle pour le moment beaucoup plus d’un rallye éphémère que d’un changement de perspectives pour les prochains mois.

à propos de l'auteur

Collaborateur

Jean-Philippe Boucher

Jean-Philippe Boucher est agronome, M.B.A., consultant en commercialisation des grains et fondateur du site Internet Grainwiz. De plus, il rédige sa chronique mensuelle Marché des grains dans le magazine Le Bulletin des agriculteurs.

Articles récents de Jean-Philippe Boucher

Commentaires