Encore moins de maïs et soya aux États-Unis?

Ce vendredi, le département de l’Agriculture des États-Unis (USDA) mettra de nouveau à jour ses bilans d’offre et demande de grains.

Avec déjà plusieurs surprises à son actif lors de la diffusion de ces rapports précédents, on comprend que de nouveau cette semaine, l’USDA pourrait encore surprendre. Ceci est d’autant plus plausible que la récolte américaine a été parsemée jusqu’ici d’embûches avec de bonnes précipitations, des conditions froides, des gels et même, il y a 3 semaines, une bonne tempête hivernale qui a frappé le nord du Midwest américain.

Articles connexes

Dire ensuite que les rendements et les superficies récoltées aux États-Unis ne devraient pas encore changer serait très étonnant! Et qu’est-ce que les analystes prévoient pour ce vendredi?

Pour le maïs, on s’attend à ce que de nouvelles réductions aient lieu :

  • Les superficies récoltées, de 81,815 millions d’acres à 81,455 millions d’acres (prév. min. 80,100 à max. 81,82 mil. d’acres).
  • Le rendement, de 168,4 à 167,5 bo./acre (prév. min. 165,5 à max. 168,5 bo./acre)
  • La récolte, de 13,779 à 13,643 milliards de boisseaux (prév. min. 13,37 à max. 13,79 mil. de bo.)

Avec la saison difficile, on retient cependant que depuis les premières prévisions plus « officielles » de juin dernier du USDA, les analystes auront eu une propension à sous-évaluer le rendement (voir graphique) et la récolte américaine. Résultat, celle-ci affiche jusqu’ici un recul annuel moins dramatique qu’on ne le craignait. Ceci vient alourdir un peu les perspectives pour le marché du maïs, d’autant que la demande de maïs américain est aussi sur la corde raide (éthanol et exportations).

Après des mois à envisager une réduction supplémentaire du rendement américain du maïs, cette fois-ci pourrait quand même être la bonne. Mais, il faut remettre les pendules à l’heure. Même avec une récolte américaine qui plongerait au plus faible des anticipations des marchés pour ce vendredi, les stocks américains de maïs resteraient encore très confortables; dans le haut de la fourchette des 10 dernières années.

Bien sûr, des réductions plus importantes que prévues du rendement et de la récolte américaine de maïs ce vendredi feraient certainement bondir les prix à la bourse. Il serait toutefois étonnant que ceux-ci amorcent ensuite un autre rallye comme ce fût le cas du début septembre jusqu’à la mi-octobre.

Pour le soya, on s’attend aussi à ce que le USDA abaisse de nouveau ses prévisions ce vendredi :

  • Les superficies récoltées, de 75,626 millions d’acres à 75,422 millions d’acres (prév. min. 75,1 à max. 75,9 mil. d’acres).
  • Le rendement, de 46,9 à 46,6 bo./acre (prév. min. 45,5 à max. 47,6 bo./acre)
  • La récolte, de 3,55 à 3,51 milliards de boisseaux (prév. min. 3,396 à max. 3,609 mil. de bo.)

Comme pour le maïs, les anticipations des marchés ont cependant surévalué sur pratiquement toute la ligne les perspectives de rendement dans le soya américain depuis le printemps dernier. (voir graphique). Sauf que, contrairement au maïs qui a vu le rendement augmenté, celui du soya n’a pas cessé de reculer depuis juin.

Résultat, en octobre dernier, nous nous sommes retrouvés avec des stocks américains beaucoup moins élevés que prévu pour la prochaine année. Au bas mot, on peut dire que ceux-ci ont été coupés en deux, passant de plus du milliard de boisseaux au printemps à moins de 500 millions de boisseaux en octobre. Et tout ceci, sans l’aide bien entendu de perspectives d’exportations américaines de soya particulièrement encourageantes. Ce n’est pas rien…

Si la tendance se maintient ce vendredi, et que le USDA réduit de nouveau le rendement américain, difficile de dire alors qu’on ne devrait pas se montrer un brin plus optimiste encore pour le marché du soya. Ne manque plus ensuite que ce fameux « possible » accord ce mois-ci entre les États-Unis et la Chine, et la suite n’en serait que d’autant plus intéressante pour les prix du soya. Certains analystes n’excluent d’ailleurs pas l’idée d’un éventuel retour à plus de 10,00 $US/bo. à Chicago.

Le rapport du USDA de ce vendredi sera donc certainement un point tournant important pour le marché des grains, spécialement ceux du maïs et soya. Que ce soit à la hausse ou à la baisse, je m’attends personnellement à ce qu’il y ait à tout le moins un soubresaut intéressant des prix à Chicago. Comme c’est toutefois souvent le cas avec ces rapports, il faudra ensuite prendre du recul et lire entre les lignes. Pour l’instant, la balle m’apparait un peu plus du côté du soya que du maïs, que le rapport soit positif ou négatif. Mais comme le démontrent très bien les anticipations des marchés qui ont manqué à répétition leur cible cette année, 2019 peut encore surprendre!

à propos de l'auteur

Collaborateur

Jean-Philippe Boucher est agronome, M.B.A., consultant en commercialisation des grains et fondateur du site Internet Grainwiz. De plus, il rédige sa chronique mensuelle Marché des grains dans le magazine Le Bulletin des agriculteurs.

Commentaires