Faux printemps?

On se croirait en mars. Avec un 8 degrés, le peu de neige qui restait est peu à peu disparu. Quand même inquiet pour de possibles accumulations d’eau dans notre blé d’hiver. Ce matin, mon frérot observait encore un couvert de neige d’environ 7 cm dans le blé protégé par le lin et aucune trace de gel de sol. Dans le blé sans protection il y a tout juste 1 cm de neige, on aperçoit même le sol à différents endroits, en plus d’observer un gel du sol en surface. L’eau semble s’être bien dispersée.

Les spécialistes météo nous annoncent un printemps hâtif. On nous annonce même une neige printanière qui devrait fondre rapidement dans la même journée. C’est pas ça qu’on appelle une neige des sucres? Je me méfie des faux printemps qui nous font croire que le pire de l’hiver est passé. Même dame nature qui se réveille, émerge et bourgeonne. On se dit : « ça y est, c’est parti! » Quelques jours plus tard, une récidive de l’hiver nous remet tous à l’ordre.

Ça me trotte dans la tête. Tout d’un coup! Un printemps très hâtif avec les journées qui allongent, le soleil qui va prendre de la force, le peu de neige au sol. Peut-être que j’aurai une belle fenêtre pour semer mon blé sur du sol gelé plus tôt. Semer en avril, oui, mais en mars, jamais. Ça sera peut-être une première, qui sait? Je ne prends pas de chance. On entre le semoir à l’intérieur et on le prépare. Ça ne coûte pas cher et si c’est un vrai printemps on sera prêt!

à propos de l'auteur

Agriculteur et collaborateur

Paul Caplette

Paul Caplette est passionné d’agriculture. Sur la ferme qu’il gère avec son frère en Montérégie-Est, il se plaît à se mettre au défi et à expérimenter de nouvelles techniques. C’est avec enthousiasme qu’il partage ses résultats sur son blogue Profession agriculteur.

Articles récents de Paul Caplette

Commentaires