Laïcité et guide alimentaire

Il faudrait que notre assiette contienne 50 % en légumes, 25 % en protéine et la balance en aliments faits de grains entiers.

Il est finalement sorti ce fameux guide alimentaire. J’avoue que je n’avais jamais consulté l’ancien guide auparavant. J’ai consulté celui qui vient de sortir par curiosité et je constate que je ne suis pas très loin des grandes lignes directrices.

En gros, on peut retenir qu’il faudrait que notre assiette contienne 50 % en légumes, 25 % en protéine et la balance en aliments faits de grains entiers. Pour le reste, je trouve que ça ressemble à un livre des bonnes pratiques alimentaires. Il me semble qu’on a surtout entendu parler de la descente du podium des produits laitiers qui s’intègrent maintenant dans la section des aliments protéinés.

Signe des temps : on veut une société laïque, alors pourquoi pas pour les aliments? Un bon équilibre avec une certaine modération des portions. Des aliments sains et diversifiés produits ici. Tant mieux si le guide incite les consommateurs à diversifier leur consommation.

On pourra augmenter nos surfaces en cultures de pois verts, maïs sucrés, haricots, choux- fleurs, etc. On pourra aussi vendre une plus grande partie de nos haricots secs et de notre soya non-OGM pour alimentation humaine localement au lieu de tout exporter.

Résultat : il manque de tofu ici. Ça m’agace de voir certains groupes crier victoire sur de supposé lobby. D’autres se moquent de certains slogans : un verre c’est bon et deux c’est mieux! Pis après! C’est quoi le problème? Même si je ne suis pas un buveur de lait, je comprends qu’il y a du « lait icitte ». C’est normal qu’on en fasse la promotion comme tous les fabricants de boissons en fond. Si j’étais un fan de la théorie du complot, je suspecterais le lobby de l’eau.

Tsé la joke de vendre un frigidaire à quelqu’un qui habite au Pôle Nord. Et bien certains ont trouvé la façon de nous la vendre, alors qu’on a une des meilleures eaux potables au monde! Essayez donc de trouver de l’eau fraîche en fontaine dans les endroits commandités. Pourquoi pas des pommes fraîches au lieu du traditionnel sac de croustilles? Ce n’est pas les opportunités qui manquent… il faut seulement les saisir!

à propos de l'auteur

Agriculteur et collaborateur

Paul Caplette est passionné d’agriculture. Sur la ferme qu’il gère avec son frère en Montérégie-Est, il se plaît à se mettre au défi et à expérimenter de nouvelles techniques. C’est avec enthousiasme qu’il partage ses résultats sur son blogue Profession agriculteur.

Commentaires