Minuit moins une pour appliquer l’azote dans le blé

Planifier une stratégie sur papier à l’avance, ça va. Quand c’est le temps de l’appliquer au champ, il faut être prêt. Je dois marcher et observer mon champ pour m’assurer de bien synchroniser mes traitements.

Encore pire pour les céréales d’hiver. Au moment où on pense seulement aux semis de maïs et de soya, le blé d’hiver, lui, est un vrai hyperactif. Quand on a le dos tourné, il bouge.

Le vendredi 22 mai, j’ai réalisé que le blé était déjà tout près du 3e fractionnement. Je compte les feuilles et découpe le plant pour visualiser la position de l’épi. Je veux appliquer mon 32 le plus près possible de la feuille étendard, mais avant qu’elle sorte pour ne pas la tacher. Je crois que je suis ok. En plus, on annonce de la pluie et de la chaleur alors j’y passe mon vendredi soir.

Lundi, trois conseillés et moi constatons qu’il était minuit moins une! Wow! Super timing, feuille étendard intacte, alors qu’on voit quelques taches sur le feuillage plus bas. On marche mon deuxième semis…faut y aller! Hein? Déjà! Pourtant il a l’air plus court, je m’attendais d’avoir encore un peu de temps. Non, c’est now! Il était 11 heures. On pouvait tout juste apercevoir la feuille étendard toute menue enroulée sur elle-même. On est limite. Solution 32 pure, faut pas tacher la feuille étendard. En soirée, elle s’était déjà allongée de 3 cm, mais toujours bien enroulée sur elle-même.

Je fonce, je me ferme les yeux et j’applique.

À suivre…

à propos de l'auteur

Agriculteur et collaborateur

Paul Caplette

Paul Caplette est passionné d’agriculture. Sur la ferme qu’il gère avec son frère en Montérégie-Est, il se plaît à se mettre au défi et à expérimenter de nouvelles techniques. C’est avec enthousiasme qu’il partage ses résultats sur son blogue Profession agriculteur.

Articles récents de Paul Caplette

Commentaires