Mon analyse du marché du mais!

Avec Le faible prix du baril de pétrole qui entraine avec lui le dollar canadien, on pouvait s’attendre à une hausse des bases. Je complète mon tableau des valeurs de remplacement pour situer nos prix actuels. Avec environ 800 000 TM de surplus de mais, notre prix de référence est le prix pour l’exportation.

Considérant ce fait, les bases actuelles sont plutôt vitaminées. Les clients sont actifs et bien présents. Avec les bases offertes de 1,30 $ à 1,55 $ pour les mois éloignés, je peux me fixer des objectifs de contrats a terme qui me permettent amplement de couvrir mes coûts. Alors pourquoi attendre?

Le CME, quand a lui, est resté à un niveau assez élevé si on considère l’excellente récolte américaine. Le contrat de décembre a fait un bas a environ 3,55 $US/boisseaux vs 3,25 US$ en 2014. Une preuve de plus que le marché a besoin de mais.

Sachant qu’en général le mais oscille dans un écart de +/- 1,00 $, je peux donc prétendre que le CME peut toucher 4,55 $US en cours d’année. Dès qu’on commencera la saison 2016, toute la pression sera sur la nouvelle récolte et le marché voudra s’assurer qu’elle sera aussi belle que 2015. Je capture donc la base en laissant le CME ouvert et j’étale mes objectifs dans ma zone cible par tranche de 0,30 $ de hausse.

Je ne peux prétendre que le mais n’ira pas plus haut ou plus bas que mes objectifs, mais j’aime mieux aller de l’avant, planifier, et vendre à un niveau qui rencontre mes coûts sur ma ferme plutôt que de subir le marché. Et si le marché monte plus haut, je pourrai vendre la récolte suivante.

Au moment ou vous lirez ces lignes, je serai probablement à ma rencontre IMAC en train d’échanger avec d’autres agriculteurs sur nos visions respectives du marché et des stratégies mises en place pour y arriver. S’informer, échanger et se monter un plan de match, c’est gagnant!

à propos de l'auteur

Agriculteur et collaborateur

Paul Caplette

Paul Caplette est passionné d’agriculture. Sur la ferme qu’il gère avec son frère en Montérégie-Est, il se plaît à se mettre au défi et à expérimenter de nouvelles techniques. C’est avec enthousiasme qu’il partage ses résultats sur son blogue Profession agriculteur.

Articles récents de Paul Caplette

Commentaires