Rien de moins qu’un 7 services pour mon blé

Je ne suis pas payé à l’effort, mais bien selon le résultat

Tellement agréable quand on décide de se permettre un bon repas sept services au restaurant en bonne compagnie. On discute et on déguste lentement notre repas dans une bonne ambiance. Le blé aime bien les repas sept services. Ça ne donne rien de tout mettre sur la table trop rapidement. Ça vaut la peine d’étirer le plaisir.

1- Une fois le blé levé on applique le fertilisant granulaire à 1-2 feuilles.

2- On revient peu de temps après avec une stratégie de fractionnement de notre régulateur de croissance. Une application hâtive nous permet de ralentir les talles maîtres au profit des talles plus petites.

3- On revient quelques jours plus tard pour appliquer l’herbicide.

4- Au tout début du tallage on applique notre 2e fractionnement d’azote 32 avec nos jets à trois trous.

5- Quand le 2e nœud apparaît c’est le traitement fongicide feuillage pour s’assurer de garder le blé bien vert tout en appliquant le 2e fractionnement du régulateur de croissance. On revient à la table immédiatement après pour appliquer notre 3e fractionnement d’azote 32.

6- Dès que la feuille étendard apparaît c’est le temps d’appliquer le fongicide pour bien la protéger. Plus la feuille étendard est saine, plus le panneau solaire d’énergie sera performant. On en profite pour ajouter 25 kg d’urée directement sur les feuilles. La plante l’absorbe comme une intraveineuse et se dirige directement à l’épi. Ça peut monter de 1 à 2 points le pourcentage de protéine dans le grain.

7- Arrive le moment crucial de la pollinisation. À ce stade tout se passe très vite. Je consulte régulièrement le site Agrométéo Québec qui nous donne une idée de probabilité de contamination des épis par la fusariose. La fenêtre était parfaite cette année donc on n’a pas traité de fongicide pour l’épi. On a tout de même repassé avec le pulvérisateur pour appliquer un autre 25 kg d’urée, plus un ajustement d’élément mineur.

Ouin, on arrive à la fin. Un autre petit café Monsieur? J’avoue que c’est plus agréable et moins d’ouvrage quand on est bien assis à la table à se faire servir. En tant que serveur j’ai le sentiment d’avoir tout donné. J’espère qu’il s’est bien rassasié et qu’il me donnera un bon pourboire… J’ai un bon feeling! On aura le résultat dans une quarantaine de jours. Je ne suis pas payé à l’effort, mais bien selon le résultat. Ça prend des tonnes de qualités à vendre.

à propos de l'auteur

Agriculteur et collaborateur

Paul Caplette est passionné d’agriculture. Sur la ferme qu’il gère avec son frère en Montérégie-Est, il se plaît à se mettre au défi et à expérimenter de nouvelles techniques. C’est avec enthousiasme qu’il partage ses résultats sur son blogue Profession agriculteur.

Commentaires