Ligne de temps

Tout nu!

Une première chez nous en 38 ans de carrière. On sème du maïs tout nu. On ne met déjà pratiquement plus de traitement aux néonicotinoïdes sur nos semences depuis 2014. Mais semer une semence de maïs avec rien dessus, je n’ai jamais vu ça chez nous.

Depuis que je suis tout jeune, j’ai vu de la semence de maïs rose. Cette année, on a décidé d’aller un peu plus loin. Voir de « visou » ce que ça peut donner comme résultat de semer du maïs tout nu. Bizarre, j’ai l’impression qu’il manque quelque chose dans le semoir. Pourquoi j’ai cette impression alors qu’avec le soya non traité, je ne ressens aucun malaise ni inquiétude? Je me disais que le soya était semé plus tard, qu’il sortait rapidement du sol, alors il avait moins de chance de se faire attaquer par quelconque maladie fongique.

Pourtant, le blé de printemps sélect qu’on multiplie sur la ferme ne reçoit aucun traitement fongicide. Il est semé très tôt, voire même sur un sol gelé qui revient en jello le jour, et ça fonctionne. Il y a une certaine perte, peut-être, mais les résultats finaux sont bons. Alors qui dit que ça ne fonctionnerait pas pour le maïs? On sème quand le sol est chaud, sur un couvert de trèfle en plus, on dirait un terreau de pot à fleurs, et jamais de maïs sur maïs. On se lance. On essaie quatre sacs tout nus d’un côté et quatre sacs full équipés de l’autre. On choisit un de nos sols capricieux, question de s’en convaincre. Au menu : suivi serré accompagné de notre agronome et pesée à l’automne qui fera foi de tout. Ça serait hot de manipuler le maïs de semence sans gant ni masque. Probablement que notre maïs tout nu se sentira très bien dans notre sol habillé!

à propos de l'auteur

Agriculteur et collaborateur

Paul Caplette est passionné d’agriculture. Sur la ferme qu’il gère avec son frère en Montérégie-Est, il se plaît à se mettre au défi et à expérimenter de nouvelles techniques. C’est avec enthousiasme qu’il partage ses résultats sur son blogue Profession agriculteur.

Commentaires