Trois façons de voir la vie en rose

On veut sortir une excellente qualité d’haricot tout en optimisant notre semis de blé d’hiver

Ça fait déjà plus de deux semaines qu’on observe nos haricots roses. Coup donc! Ça ne veut pas sécher! Ils n’avancent pas assez vite à notre goût. Ils sont moins uniformes que les années précédentes, donc c’est plus difficile de bien évaluer le bon moment de la récolte. Le client les veut le plus roses possible. Plus ils trainent aux champs plus ils auront tendance à donner une couleur foncée. Pas mieux si on les récolte trop tôt.

On se sent pogné entre l’arbre et l’écorce. On veut sortir une excellente qualité d’haricot tout en optimisant notre semis de blé d’hiver. Et plus le calendrier avance, plus j’ai l’impression qu’on tire trop sur le haricot. Dès qu’on peut commencer on pourra enfin débuter le semis de notre troisième section de blé d’hiver directement derrière Gertrude. Les rotations complexes offrent plusieurs avantages, mais ce n’est pas toujours évident de bien gérer la qualité de différentes récoltes s’enchainant les unes derrière les autres.

Évaluation d’une clôture à neige végétale avec rangées de haricots laissées au champ.
photo: Paul Caplette

On commence enfin la récolte. Le rendement est décevant. « Bon, une autre culture qui s’annonce bien ordinaire dans notre saison 2020. » Ça commence à être pesant! On se prépare une stratégie de ségrégation directement aux champs. On isole la récolte des parties de champ moins uniformes. Pour le reste la qualité semble au rendez-vous. Pour valider notre feeling Pierre prend le temps de présenter un échantillon au client, question d’avoir un avis neutre. « Pis, ils sont à ton goût? » « Ouin, ils sont corrects! »  Correct. Qu’est-ce que ça veut dire correct? Je trouve ça vague… je regarde à terre, dans la boîte, embarque, débarque et après quelques ajustements les haricots brillent comme si Gertrude avait poli les grains un après l’autre :-) On pense être sur notre X!

Au moment de la livraison le client les croque, les analyse, les regarde circuler sur le convoyeur hochant la tête pour finalement nous donner son verdict. « Ouin! Monsieur Caplette, vous m’avez fait du beau stock! »  Yess! Opération réussie. Nos épaules sont moins lourdes. Le semis du blé d’hiver avance au travers des rangées de haricots laissées au champ en guise de clôture à neige végétale.

Et voilà qu’on retourne en quasi confinement. Vingt-huit jours ça peut paraître long! Comment je peux voir la vie en rose en cette année 2020 un peu tordue?

-Je m’accroche à nos réussites.
-Je savoure  le moment présent.
-Je regarde loin devant et j’essaie de me faire confiance.
Profession Agriculteur!

 

 

 

à propos de l'auteur

Agriculteur et collaborateur

Paul Caplette

Paul Caplette est passionné d’agriculture. Sur la ferme qu’il gère avec son frère en Montérégie-Est, il se plaît à se mettre au défi et à expérimenter de nouvelles techniques. C’est avec enthousiasme qu’il partage ses résultats sur son blogue Profession agriculteur.

Commentaires