Les haricots brillent comme si Gertrude avait poli les grains un après l’autre.

Trois façons de voir la vie en rose

On veut sortir une excellente qualité d’haricot tout en optimisant notre semis de blé d’hiver

On commence enfin la récolte de nos haricots roses. Une autre culture qui s’annonce bien ordinaire dans notre saison 2020. On se prépare une stratégie de ségrégation directement aux champs. On isole la récolte des parties de champ moins uniformes. Pour le reste la qualité semble au rendez-vous.

Avec un gel aussi hâtif, ces fameux épis que j’appelle affectueusement « les niaiseux » vont tirer vers le bas la qualité des grains et probablement tirer le pourcentage d’humidité vers le haut.

Saison 2020 terminée

En récoltant plus tôt on s’assure d’une qualité plus stable

Avec quatre nuits sur cinq de suite au point de congélation je n’ai pas d’autre choix que de constater que la saison de croissance 2020 est terminée. Pas de problème pour nos haricots roses, le soya, ni nos couverts végétaux, pour le maïs par contre c’est autre chose.



Quel taux de semis choisir?

J’ai longtemps eu tendance à choisir les hauts taux de population comme si c’était automatiquement lier à un plus haut potentiel de rendement

On sème du maïs-grain en visant une population en nombre de grains par ha, même chose pour le soya, mais pour le blé on y va en kg par hectare. Ça démontre quelle importance on donne à notre culture du blé. Pas surprenant que les résultats ne soient pas toujours au rendez-vous.


Trouver du temps qu’on n’a pas

J’ai l’impression qu’on devrait se cloner

Il suffit d’un bris sur Gertrude pour tout décaler le chantier de travail. On se retrouve le 1er septembre avec un 10 ha de récolte en retard et celle des haricots roses qui arrive, sans oublier le semis du blé d’hiver qui cogne à la porte. On respire par le nez.

Champ conventionnel après le passage de l'écimeuse.

Bio ou conventionnel?

C’est avec nos erreurs qu’on apprend jusqu’où on peut aller

Nos échanges, nos choix sont souvent polarisés. Noir ou blanc, semi direct ou conventionnel, amateur de vert ou de rouge… Alors pourquoi si j’illustre deux photos bien différentes et que je m’interroge ou entame une certaine réflexion ça pourrait nous conduire à une probable confrontation?


Couvert végétal simple : avoine, pois fourragé, radis fourragé. Ce couvert couvre le sol et va fournir suffisamment d'azote pour atteindre plus de 10 tm/ha de maïs-grain biologique.

Bien choisir sa semence

Même si les résultats de notre saison s’annoncent moches, on sème nos couverts végétaux

Si nos objectifs sont d’obtenir un couvert imposant et efficace, ça prend des cultures courtes dans ma rotation. Je considère que de la mi-juillet jusqu’à la fin août on peut investir sur d’excellents mélanges avec de fort potentiel.

Observations du comportement des racines.

Aux grands maux les grands moyens!

Les récolteuses ont laissé quelques traces en cette année de sécheresse

Dès que la récolte de pois verts est terminée on s’affaire à faire le ménage du champ et prendre le temps de bien diagnostiquer les problèmes à corriger juste avant d’entreprendre les semis du blé d’hiver qui arriveront très rapidement.


Couvert végétal semé il y a 10 jours. Soya, pois, radis et blé sont bien démarrés.

Enfin de la pluie

Pas de danger que je me plaigne que ça retarde nos récoltes de céréales

Le temps est grisâtre partout. Pourtant on a le sourire. C’était tellement sec qu’on se demandait si nous ne semions pas nos couverts végétaux d’automne pour rien. De la pluie et voilà que nos couverts végétaux bondissent.

La ferme sans Internet…

Mon histoire commence avec le projet de changer notre service télé…

Surprenant comme on est de plus en plus dépendant de la technologie. En général, ça nous facilite la vie et ça nous permet d’être plus efficace. Mais c’est un peu plus compliqué quand ça bogue…