5 étapes pour réussir la transition vers le semis direct et les cultures de couverture

Bien s'entourer et chercher des conseils sont quelques uns des secrets du succès

Pour que le semis direct et les cultures de couverture fonctionnent pour vous, il vous faut figurer comment mettre ces techniques en application pour votre propre ferme. Selon un producteur de l’Indiana, Carl Morgan, qui fait de nombreuses conférences sur le sujet, il n’y a pas de recette pour réussir, si ce n’est qu’il vaut mieux développer une attitude positive envers ces pratiques. Lui-même utilise le semis direct pour la ferme familiale depuis plusieurs années et il essaie d’utiliser autant de cultures de couvertures que possible.

1.S’entourer des bonnes personnes

M.Morgan travaille avec une agronome faisant partie d’un groupe-conseil œuvrant auprès de nombreux producteurs. Il suggère aussi d’établir un réseau de personnes chez qui on pourra demander conseil. « Les gens qu’on fréquente vont souvent se refléter dans les gestes qu’on pose (…) Montrez-moi vos amis et je vous montrerai votre avenir », aime à répéter le producteur

2.Essayer quelque chose de nouveau sur votre ferme chaque année

On peut par exemple essayer une machinerie liée au semis direct ou aux cultures de couverture. Sans l’utiliser partout, essayer une machinerie permet de voir comment elle fonctionne sur quelques acres pour se faire une meilleure idée.

3.Faire un plan mais être flexible

Il faut savoir parfois laisser tomber une machinerie ou en utiliser une autre, selon les conditions, pour finir les travaux dans les champs.

4.Faites ce que vous pouvez pour que ça fonctionne

Pour que ça marche, investir du temps pour s’informer est une bonne piste. Cela peut signifier assister à plus de réunions sur la conservation des sols où des agriculteurs partagent leurs expériences sur le semis direct et les cultures de couverture, que ce soit les bons ou les moins bons coups. Certains producteurs dans sa région organisent des tables rondes avec d’autres producteurs, au lieu de journées au champ, pour mieux partager des idées et échanger.

5.Croyez ce que vous voyez, pas ce que vous savez

Surtout lorsque vous essayez quelque chose de nouveau, les résultats sur le terrain peuvent ne pas se produire comme prévu. Ce n’est pas parce que vous pensiez que quelque chose fonctionnerait – ou ne fonctionnerait pas – que ce serait le cas, dit M.Morgan. Soyez ouvert à de nouvelles choses, de nouvelles idées et de nouvelles observations. Vous voudrez peut-être recueillir les numéros de téléphone et les adresses e-mail d’autres agriculteurs qui font le même genre de choses que vous voulez faire, pour voir s’ils voient les mêmes résultats ou des résultats différents.

Source: Farm Futures

 

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires