Certains producteurs sèmeront deux hybrides de maïs ensilage : hâtif et tardif

Il faut penser à sa stratégie d’alimentation en fourrages pour l’hiver prochain

L’été 2018 a été chaud et sec. Sans connaître la saison qui s’annonce, les producteurs de fourrages doivent déjà planifier leur récolte, autant pour le maïs ensilage que pour le foin. En fait, ils doivent déjà planifier l’alimentation de leurs animaux pour l’hiver prochain.

L’experte en production laitière Marie Landry-Blais de Pioneer, explique que cette année, il y a davantage de producteurs qui n’auront pas de réserve de maïs ensilage à l’automne. Ceci est d’autant plus vrai que, par manque d’ensilage de foin, certains producteurs laitiers donneront un peu plus d’ensilage de maïs dans leur ration ce printemps en attendant la première coupe de foin, au début juin.

Articles connexes

Cette stratégie amènera les producteurs à vider leur réserve de maïs ensilage à la date prévue de l’ensilage. Il est en effet recommandé d’attendre un mois ou deux avant d’utiliser le maïs de l’année. La fermentation aide à la digestibilité de l’ensilage. Donc, si la récolte a lieu la dernière semaine de septembre, la récolte de l’année précédente devrait normalement être suffisante pour couvrir les besoins du troupeau jusqu’en novembre ou décembre. Mais il est possible que ce ne soit pas le cas cette année.

Changement de stratégie

Pour combler ce manque appréhendé de maïs ensilage, Marie Landry-Blais explique que certains producteurs laitiers sèmeront une plus grande superficie de maïs ensilage ce printemps et que parfois deux hybrides de maïs ensilage seront choisis : un hâtif et un plus tardif.

En plantant plus grand, le producteur s’assurera de refaire son stock de maïs ensilage qui aura été épuisé, tout en prévoyant un surplus pour pouvoir se rendre jusqu’en novembre ou décembre 2020. Donc, les producteurs produiront assez de maïs ensilage pour 13 ou 14 mois d’alimentation. À ce sujet, Marie Landry-Blais explique que les producteurs devraient envisager d’utiliser les silos boudins ou Ag-Bag.

Les producteurs qui planteront deux hybrides récolteront en deux temps. Le maïs hâtif sera récolté tôt pour combler les besoins les plus pressants. Toutefois, comme le rendement est moins intéressant que le maïs plus tardif, la deuxième récolte apportera du volume pour soigner les animaux durant l’hiver 2020, jusqu’à l’automne 2020.

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires