Êtes-vous prêts pour la première coupe?

*Après la canicule de la semaine passée, on ressort nos vestes !  Mais qu’en est-il des plantes fourragères pour la première coupe après ces montagnes russes météo?  Sont-elles prêtes à être fauchées? Plusieurs réflexions vous viennent en tête ; il me semble que je n’aurai pas de rendement, que les plants sont bien trop courts, qu’on n’a pas reçu assez de pluie et que ça n’a pas poussé…

Regardons un peu ce qui se passe  pour cette première coupe 2020.

Comme mentionné précédemment, la seule période de canicule que nous avons connue fût celle de la semaine dernière.  Avant cela, ce sont surtout les graminées qui ont profité des températures plutôt fraîches qu’on a vécues.  Les dactyles hâtifs et intermédiaires ont commencé à épier la semaine dernière (voir photo).

Photos prises le 29 mai 2020, Ferme Elm Shade Suffolks, Danville, Qc
photo: Brigitte Lapierre

Mêmes quelques têtes de brome veulent sortir en Montérégie.  Quant à la fléole, avec son système racinaire plus superficiel, elle souffre davantage d’un déficit hydrique et pousse donc moins vite… Et que dire de la luzerne?  Elle n’est même pas rendue encore au stade pré-boutons (voir photo)…de la dynamite pour les vaches !

Photos prises le 29 mai 2020, Ferme Elm Shade Suffolks, Danville, Qc
photo: Brigitte Lapierre

Il est vrai qu’on a souvent un choix déchirant à faire entre rendement et qualité, que la première coupe est celle qui nous procure le plus de rendement et de qualité, mais est-ce le bon temps pour faucher avec ces écarts de maturité entre les espèces ?

Il y a d’abord l’outil Agrométéo. Par exemple, en Montérégie, la prévision des sept prochains jours des cinq stations-météo ayant plus de 300 degrés jours indique qu’il y aura trois jours avec des indices d’assèchement élevés, soit les 4, 5 et 6 juin, dates qui pourraient être propice pour une première coupe de foin.

Il y a aussi la méthode de la règle ;

    • Dans une prairie composée en majorité de luzerne, visez une hauteur de tige à 71 cm (28 pouces) qui correspond au stade bouton floral.
    • Dans une prairie 50 % luzerne et 50% graminée, visez une hauteur de tige de luzerne à 55 cm (22 pouces). La différence s’explique par une maturité plus rapide des graminées par rapport aux légumineuses. Il est donc important d’effectuer la coupe plus tôt pour s’assurer d’obtenir un fourrage de qualité.

Pour ceux qui aiment la technologie, il y aura une formation sur l’outil NUTRI-fourrager, un outil d’aide à la décision pour la récolte grâce à la prédiction de la valeur nutritives de fourrages.  Sous forme de webinaire, vous apprendrez à utiliser efficacement la nouvelle application Web NUTRI-Fourrager qui permet de prédire la valeur nutritive des fourrages, par le calcul de la fibre NDF et de la valeur alimentaire relative (VAR).

Cette formation gratuite se tiendra le 18 juin à 13h30 ou le 23 juin à 13h30.  L’inscription se fait auprès du CRAAQ.

Toutefois, peu importe l’outil que vous utiliserez, le meilleur conseil est celui-ci: allez marcher vos champs, évaluez vos besoins en rendement et en qualité selon la quantité de fourrages que vous donnez dans votre ration, pensez à la persistance et regardez la météo qui s’en vient.  Vous êtes vous-même le meilleur outil à utiliser!

*Texte réalisé en collaboration avec le Conseil québécois des plantes fourragères. Les propos exprimés dans le texte relèvent toutefois de l’auteur et n’engagent pas le CQPF.

à propos de l'auteur

Commentaires