L’utilisation du triticale d’automne comme source de fourrage

*L’utilisation de céréale d’automne (blé, seigle ou triticale) comme source d’ensilage n’est pas encore chose commune au Québec. Par contre, celles-ci présentent des avantages pour les producteurs tels que la possibilité de produire deux cultures lors d’une même année, obtenir un ensilage avec une bonne valeur nutritionnelle et assurer une couverture du sol durant la période hivernale. Ce billet se concentrera spécifiquement sur l’utilisation de triticale.

Articles connexes

1.  Le semis

  • Semez le triticale pour des fins d’ensilage plutôt que le triticale pour des fins de production de grain. Il a été démontré que cela augmente les rendements en fourrages le printemps suivant.
  • Demandez à votre agronome la date optimale de semis pour votre région et conditions climatiques.
  • Utilisez un taux de semis supérieur que pour les grains, soit 135kg/hectare
  • Comblez les besoins en phosphore et potassium lors du semis selon les besoins de votre sol.
  • Apportez 1/3 de l’azote au semis et 2/3 au printemps suivant les recommandations de votre agronome.

2.  Choix de la variété

  • Choisir des variétés de triticale avec un fort rendement en grain puisque cela est lié à la production en ensilage.
  • Trouvez des variétés une quantité réduite de barbe.

3.  Récolte

  • Il est conseillé de récolter le triticale d’automne au stade pâteux mou pour optimiser à la fois les rendements et la qualité et ainsi atteindre un taux de MS de 35-40% lors de la récolte comme démontré dans la figure
  • La tige du triticale est plus solide que la tige, alors il est nécessaire de s’assurer de bien la hacher.
  • Respectez les mêmes règles de bonne pratique que pour la production d’ensilage d’herbe.

*Texte réalisé en collaboration avec le Conseil québécois des plantes fourragères. Les propos exprimés dans le texte relèvent toutefois de l’auteur et n’engagent pas le CQPF.

à propos de l'auteur

Collaborateur

Ayant complété son doctorat en sciences animales et étant copropriétaire de la ferme sur laquelle il a grandi, Maxime Leduc est pleinement conscient de la réalité des agriculteurs, en particulier des difficultés qu'ils rencontrent. Il souhaite fournir aux producteurs des outils adaptés et efficaces qui favoriseront la croissance de leur entreprise.

Commentaires