L’amour est dans le pré

Chronique Experts fourragers

par Jean-François Bouchard

Tout comme dans la téléréalité L’amour est dans le pré, les producteurs doivent effectuer des choix en se basant sur leurs besoins. La tâche n’est pas toujours aisée, le statu quo, même s’il est réconfortant, n’est pas toujours garant de l’avenir. Ainsi, pour choisir la ou les bonnes espèces, il faut se poser de nombreuses questions.

Quels besoins dirigent mes choix? Quand en ai-je besoin? En quelles quantités? En fonction du bétail, de quoi ai-je besoin comme aliment pour balancer ma ration? Dois-je valoriser une source de protéines, une source d’énergie, une source de fibres ou une combinaison de ces sources? Comment vais-je utiliser la prairie, en pâturage ou en fauche? Combien de fois par saison de croissance? Combien d’années (pérennité) vais-je vouloir conserver la prairie et comment prendre la décision de la renouveler ou conserver en basant sur des observations objectives?

Articles connexes

Quels types de sols sont disponibles dans mon entreprise agricole? De quelles superficies est-ce que je dispose pour produire de façon à combler au maximum mes besoins? Quelles en sont les caractéristiques en terme de pH, de drainage, de compaction et de fertilité? Est-ce réaliste d’espérer une production fourragère de qualité et en quantité?

Quelles espèces fourragères sont les mieux adaptées à mes conditions? Sont-elles appropriées pour mon troupeau et sa régie? Avec quel type de climat et d’environnement dois-je composer? Quelle sera la vitesse d’implantation de la culture pour faire face à la pression de la flore indésirable? Puis-je la contrôler pour permettre un bon établissement?

De quelles méthodes d’entreposage est-ce que je dispose à la ferme? Comment ajuster ma récolte en fonction de mes structures? Quel équipement de semis et de récolte ai-je à ma disposition? Le forfait est-il possible? La main-d’œuvre est-elle suffisante pour ma régie et mon chantier de récolte? Ai-je bien organisé mon chantier de récolte?

Bref, tout comme l’heureux candidat, le producteur a de nombreuses questions aux lèvres. Faire un choix avisé n’est pas une mince affaire. Toutefois, en productions fourragères, il est possible de choisir deux espèces ou plus… sans faire sourciller. Mais choisissez avec sagesse et en toute connaissance de cause.

Une fois les bonnes questions posées, les choix effectués et la culture bien implantée, on se rend compte qu’avec tout ce que les fourragères peuvent apporter, l’amour est vraiment dans le pré.

*Texte réalisé en collaboration avec le Conseil québécois des plantes fourragères. Les propos exprimés dans le texte relèvent toutefois de l’auteur et n’engagent pas le CQPF.

à propos de l'auteur

Articles récents de Jean-François Bouchard

Commentaires