Marché des grains: Folle semaine à Chicago

Marché des grains: Folle semaine à Chicago

On se demandait jusqu’où les prix pouvait encore monter à Chicago après d’un début d’année en force pour les grains et la réponse de cette semaine a été “encore plus haut”. Le rapport sur l’offre et la demande produit par le département américain de l’Agriculture a insufflé un nouveau regain d’énergie aux acheteurs. Si le soya et le maïs ont profité le plus de l’emballement des marchés, de possibles restrictions sur le blé russe a aidé à faire grimper le prix de la céréale.

Le soya et le maïs ont profité de révisions à la baisse des stocks de la dernière récolte aux États-Unis. Ces derniers se sont avérés un peu moindres que les prévisions du marché et inférieurs au précédent rapport de décembre, ce qui témoigne de la demande toujours forte malgré un ralentissement des achats par la Chine.

Le gouvernement américain  a par ailleurs fait part de nouvelles commandes de l’étranger de 318 000 tonnes de soya pour une destination inconnue et de 110 000 tonnes de maïs pour le Mexique.

Le blé a profité d’une annonce de la Russie qui pourrait mettre en place une nouvelle taxe de mars à juin pour limiter les exportations de blé, afin de contrôler l’inflation des produits de base.

Le boisseau de soya pour mars a conclu vendredi à 14,1675 $US, comparativement à 13,7575 $US à une semaine plus tôt. Il a atteint en semaine son niveau le plus haut en six ans et demi à 14,34 $US.

Le boisseau de maïs pour mars a terminé vendredi à 5,3150 $US par rapport à 4,9625 $US vendredi dernier. Le prix du boisseau a dépassé cette semaine la barre des 5,39 $US avec aussi un sommet depuis juin 2014.

Le boisseau de blé pour mars a fini à 6,7550 $US, contre 6,3875 $US au 8 janvier.

 

 

 

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires