Ligne de temps

Qui est responsable de l’augmentation des rendements dans le maïs?

L’augmentation du rendement de maïs au cours des dernières décennies n’est pas seulement attribuable aux avancées technologiques, mais aussi aux changements climatiques et aux conditions d’ensoleillement. C’est ce qu’affirme Dr Thijs Tollenaar, auparavant chercheur à l’Université de Guelph et maintenant résident de la Californie, lors d’une récente conférence dans le cadre du Southwest Agricultural Crop Conference en Ontario.

Au cours des 30 dernières années, il a étudié les facteurs responsables de l’augmentation de rendement des hybrides de maïs. Il est clair que l’amélioration génétique, la fertilisation azotée et la phytoprotection ont contribué positivement. « Les intrants sont très importants dans la production de maïs-grain et l’azote représente certainement un rôle de premier plan », a indiqué le chercheur. Toutefois, il a remarqué que la quantité appliquée est stable depuis les années 1980. Il conclut donc que la fertilisation azotée ne peut expliquer l’avancée des 30 dernières années.

Par ailleurs, un meilleur désherbage est directement corrélé à l’augmentation de rendement. L’arrivée du 2-4 D et de l’atrazine dans les années 1960, puis du glyphosate au milieu des années 1990 a facilité le contrôle des mauvaises herbes. Les semis hâtifs et les doses de semis plus élevées sont deux autres facteurs de régie responsables de la hausse des rendements. « Les données statistiques révèlent qu’entre 1984 et 2013, la population au semis est passée de 50 000pl/ha  à plus de 75 000 pl/ha », a rapporté le chercheur. Il a utilisé les données du département américain de l’Agriculture (USDA) recueillies dans les États de la Corn Belt. Durant la même période, il a compilé les données de températures quotidiennes (maximum et minimum) et de radiations solaires fournies par la NASA (National Aeronautics and Space Administration). Avec toutes ces informations, Dr Tollenaar a réussi à quantifier l’effet de chacune des variables sur le rendement du maïs.

Augmentation du rendement de maïs au cours des 30 dernières années :

-28 % (966 kg/ha) de l’augmentation de rendement est due au prolongement de la période de remplissage des grains. Par des semis plus hâtifs, une augmentation de la population et des équipements de semis plus performants.

-45 % (1525 kg/ha) à l’amélioration génétique. Les nouveaux hybrides sont plus efficaces pour transformer la radiation solaire en grain et sont plus efficaces pour l’utilisation de l’azote.

-27 % (922 kg/ha) à la radiation solaire. « Un soleil plus brillant peut être attribuable à la diminution de la pollution de l’air », avance le chercheur.

En appliquant la tendance observée, le chercheur a estimé les rendements possibles en 2050. Si les radiations solaires se maintiennent au niveau actuel, mais que les techniques culturales et les avancées génétiques se poursuivent, le rendement moyen pourrait se situer à 13 175 kg/ha. D’un autre côté, si les changements climatiques se poursuivent et que les améliorations techniques stagnent, le rendement moyen pourrait diminuer à 8030 kg/ha en 2050. « Les innovations techniques sont essentielles pour poursuivre le développement du maïs », conclut le chercheur. La propriété des hybrides de maximiser la photosynthèse entre l’apparition des soies jusqu’à la maturité des grains est la clé pour optimiser le rendement. La verdeur tardive des plants permet d’allonger la période de remplissage des grains.

Source : Corn-Soybean and Wheat Handbook

à propos de l'auteur

Articles récents de Le Bulletin des agriculteurs

Commentaires