Un mince 8 %

Une application uniforme d’azote dans un champ de maïs répond mal aux besoins de la culture

Observez bien cette image : elle a été présentée par le Dr. Raj Khosla lors du dernier Rendez-vous végétal, qui s’est tenu le 6 février dernier. Élaborée par ce professeur en agriculture de précision de l’Université du Colorado, cette image démontre à quel point une application uniforme d’azote dans un champ de maïs répond mal aux besoins de la culture.

Dans ce champ dont le rendement moyen a atteint 11,5 tm/ha, les pixels noirs correspondent aux endroits précis où la dose d’azote appliquée répondait exactement aux besoins de la plante pour un rendement de 11,5 tm/ha. Force est de constater que ces pixels noirs couvrent à peine 8 % de la superficie totale du champ! Partout ailleurs, on était en déséquilibre.

En fait, le chercheur a évalué que 40 % du champ a été sous-fertilisé, car le rendement y a été supérieur à 12,1 tm/ha (au moins 0,6 tm/ha de plus que le rendement moyen). De la même façon, 24 % du champ a été sur-fertilisé, puisque le rendement y était inférieur à 11,9 tm/ha, (au moins 0,6 tm/ha sous la moyenne).

Le conférencier pose donc la question : compte tenu de la variabilité du potentiel de productivité du sol, est-il logique dans les circonstances de gérer une culture en fonction de son rendement moyen?

Le Dr. Khosla consacre ses recherches au développement d’une méthode pratique et économique pour définir des zones de gestion dans un champ. Sa méthode repose sur la prise en compte de trois éléments. Un premier est, comme on l’a sans doute deviné, l’imagerie aérienne. Un second est la topographie du champ, car le chercheur a constaté que celle-ci est étroitement corrélée au rendement. Enfin, le dernier élément est l’expérience du producteur, que le Dr. Khosla estime important de mettre à profit.

 

 

à propos de l'auteur

Journaliste

André Piette est un journaliste indépendant spécialisé en agriculture et en agroalimentaire.

Commentaires