Année financière record pour le CDPQ

Durant la prochaine année, le Centre de développement du porc du Québec entamera une nouvelle planification stratégique et débutera la construction d’une maternité de recherche

En assemblée générale d’information et devant 143 personnes réunies le 25 septembre 2018 au Centre de congrès et d’expositions de Lévis, le nouveau président du Centre de développement du porc du Québec (CDPQ) Réjean Vermette a salué la détermination du nouveau directeur général du CDPQ, Jacques Faucher. « Il n’a pas ménagé ses efforts », a-t-il dit.

En fait, non seulement l’assemblée générale de cette année a accueilli un record d’assistance, mais le CDPQ même a engrangé un record de revenus avec tout près de 5,8 millions $. « L’année précédente, nous avions un revenu de 4,4 millions », explique Jacques Faucher.

Il a aussi mentionné la saine gestion qui a permis de dégager un excédent qui sera nécessaire pour la réalisation du grand projet à venir : la construction d’un projet de maternité porcine de recherche qui « est maintenant un projet de filière ».

Démarré avec l’incendie de la porcherie du Centre de formation agricole de Saint-Anselme, le projet de maternité d’enseignement et de recherche est devenu peu à peu ce projet de filière dont parle Jacques Faucher. Le porteur du dossier au CDPQ est le chargé de projet Sébastien Turcotte.

Le troupeau de 600 truies sera en bandes aux quatre semaines. Il sera doté des équipements dernier cri. La nouvelle maternité deviendra aussi une vitrine pour les équipementiers qui voudront faire voir leur technologie à l’œuvre. Étant donné le nombre important de visiteurs (étudiants, producteurs, chercheurs et autres), des procédures de biosécurité sévères ont été prévues.

Le système d’entrée d’air est novateur avec le système qui a fait l’objet d’un article dans Le Bulletin des agriculteurs de mai 2018, en page 37. La ventilation est à pression positive et l’air est filtré à l’entrée. Des pressions d’air variées sont prévues dans différentes sections selon le niveau de biosécurité. Un comité technique a été mis en place pour le choix des équipements.

Les plans de la ferme sont déjà décidés. Il ne reste qu’à finaliser le choix du site d’élevage et à attendre le financement du ministère de l’Économie, de la Science et de l’Innovation qui est le principal bailleur de fonds.

 

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires