Bien réussir le bale grazing

Un éleveur de bovins de la Saskatchewan nous offre ses meilleurs conseils pour réussir le bale grazing, une pratique qui consiste à laisser des balles rondes au champ, pour l’alimentation des bovins durant l’hiver.

Quelques recommandations pour bien réussir le bale grazing

L’éleveur de bovins de boucherie de la Saskatchewan Neil Dennis recommande de déposer les balles à l’automne, avant les premières neiges. La balle doit être positionnée de la même façon que lorsqu’elle sort de la presse, afin qu’elle ne se gorge pas trop d’humidité.

Neil Dennis suggère d’utiliser un enrobage de balle ronde décomposable, pour l’économie de travail par la suite. Il suggère aussi de placer les piquets de fils électriques directement sur les balles. Un deuxième fil est toujours placé sur l’autre rangée de balles, ce qui facilite le travail lorsque le premier fil sera retiré.

Lors d’un hiver, pour nourrir 60 vaches pendant 110 jours, Neil Dennis consacre six heures de travail en tracteur et trois heures pour déplacer les clôtures.

Au printemps, le tour de la balle dégèle plus lentement parce qu’il se forme une couche isolante. Il ne faut pas s’en faire si l’herbe à cet endroit prend plus de temps à pousser. « Parce qu’il y aura deux à trois fois plus d’herbe à cet endroit que partout ailleurs », explique le producteurs.

Il faut aussi laisser tout le fumier au sol, ne pas essayer de l’épandre, sinon il sera dispersé par le vent et ses fertilisants perdus. Et il ne faut pas non plus s’en faire pour l’état de chair des vaches ou le gain de poids des veaux. Il sera très bon, si la planification a été orchestrée au départ, évidemment!

L’effet stimulant sur la croissance de la culture perdure après quelques années, constate le conseiller agricole Réjean Picard du ministère de l’Agriculture du Manitoba.

Depuis 2007, Réjean Picard échantillonne des champs de dix producteurs qui ont logé des vaches durant l’hiver 2007-2008 uniquement et qui les ont nourries par bale grazing. Il suit l’évolution de l’azote dans le sol. Il a constaté que l’effet fertilisant demeure les années suivantes, même si les vaches n’y sont plus logées durant l’hiver.

Pour le texte complet, agrémenté de photos, veuillez consulter Le Bulletin des agriculteurs de janvier 2011.

à propos de l'auteur

Journaliste et rédactrice en chef adjointe

Marie-Claude Poulin

Marie-Claude Poulin est journaliste et rédactrice en chef adjointe au Bulletin des agriculteurs.

Articles récents de Marie-Claude Poulin

Commentaires