Comment réduire le tétage non nutritif des veaux?

Le tétage est un comportement tout à fait naturel et désiré lorsque le veau doit boire. Toutefois, le tétage non nutritif n’est pas désirable. En plus de créer de mauvaises habitudes, il augmente l’ingestion de pathogènes.

Pour réduire le tétage non nutritif durant la phase lactée, il faut que le veau ait eu la chance de téter suffisamment longtemps pour que sa « rage naturelle » soit passée, c’est environ huit minutes par épisode. Voici des pratiques qui limitent l’envie de téter de jeunes veaux entre les buvées :

-Alimenter à la tétine plutôt qu’avec un seau.

-Réduire le taux d’écoulement du lait avec une tétine plus restrictive qui augmente le temps de tétage.

-Regrouper un nombre adéquat de veaux à la louve pour limiter la concurrence, soit un maximum de 10-12 par tétine.

-Augmenter les quantités de lait pour réduire le sentiment de faim.

Les producteurs qui mettent en place des mesures adéquates pour éviter le tétage durant la phase lactée ont habituellement de bons résultats. Par contre, certains observent du tétage quelques semaines après le sevrage. Des chercheurs attribuent ce retour à un sevrage trop abrupt et au fait que les animaux ne sont pas habitués à consommer assez d’aliments solides.

Pour éviter cette activité, un sevrage graduel d’environ 10 jours devrait être effectué en s’assurant d’une consommation d’au moins 1 kg de concentrés avant de commencer le sevrage. De nouvelles études indiquent même de viser jusqu’à 2 kg de concentrés. De l’eau fraîche offerte à volonté réduira également ce risque. Par la suite, tout stress peut réduire la consommation et faire réapparaître l’habitude du tétage. Ainsi, il est suggéré de ne faire qu’un changement à la fois (logement, aliments, type d’abreuvoir, nouveaux amis, etc.) afin de réduire les risques de baisse de la consommation.

Une étude réalisée en Nouvelle-Zélande en 2013 a démontré que plus la CVMS (consommation volontaire de matière sèche) était élevée après le sevrage, moins il y avait de veaux qui se tétaient entre eux. La ration la plus consommée était celle composée de foin et de concentrés. Elle avait un avantage par rapport à la RTM (ration totale mélangée) à base d’ensilage de luzerne. Donc, plus les besoins des veaux sont comblés et qu’ils ont le ventre plein, moins ils semblent vouloir se téter entre eux.

D’autres études tendent à démontrer que d’enrichir l’environnement des veaux en groupes aiderait à diminuer ce problème. L’ajout de tétines non nutritives, de filets de foin, de ballons et de brosses pourrait aider à réduire les comportements non désirables.

Cependant, comme plusieurs fermes n’ont pas cette problématique, cela suggère que leur technique de sevrage et la consommation après le sevrage sont adéquates.

à propos de l'auteur

La référence en nouvelles technologies agricoles au Québec.

Le Bulletin des agriculteurs

Fondé en 1918, Le Bulletin des agriculteurs traite des tendances, des innovations et des dernières avancées en matière de cultures, d’élevages et de machinisme agricole dans le but de faire prospérer les entreprises agricoles d’ici.  

Articles récents de Le Bulletin des agriculteurs

Commentaires