Difficile de dire quel système de traite performe mieux

Les fermes laitières avec robots sont plus endettées, mais les investissements sont aussi plus récents

Le Rendez-vous d’expertise sur les fermes de 100 vaches et plus tenu du 11 au 13 décembre 2018 a innové cette année avec une journée entièrement dédiée aux robots de traite. L’événement a lieu chaque année dans une région différente. Cette année, il était organisé par Via Pôle d’expertise en services-conseils agricoles, en collaboration avec Groupe ProConseil et Valacta.

Le Groupe ProConseil, qui était responsable de l’analyse de groupe, a comparé les différents systèmes de traite, traite robotisée, salle de traite et lactoduc. Pour les entreprises ayant des robots de traite, les fermes ayant des robots depuis un an à trois ans ont été comparées avec celles ayant des robots depuis quatre ou plus.

Faisaient partie de la comparaison : 39 troupeaux avec robots de 100 vaches et plus, 76 troupeaux avec robots toutes tailles confondues, 44 troupeaux en salle de traite de 100 vaches et plus, ainsi que 63 troupeaux avec lactoduc de 100 vaches et plus.

« La salle de traite de démarque avec une meilleur efficacité », explique la conseillère en gestion agricole Stéphanie Brazeau, du Groupe ProConseil.

«Possiblement que certaines entreprises sont en salle de traite depuis plusieurs années dans ce groupe et réussissent aujourd’hui à dégager ces marges intéressantes, dit-elle. Ce groupe est aussi composé d’entreprises de plus grandes tailles : 255 kg de matière grasse produite par jour comparativement à 181 kg pour le groupe de robot de 100 vaches et plus. Il sera intéressant de suivre ces résultats moyens dans le temps afin de voir comment performeront les robots dans l’avenir sachant que plusieurs ont investi dans ce système dans les dernières années. »

Elle explique que les entreprises ayant des robots ont fait l’acquisition de leur système de traite beaucoup plus récemment, ce qui explique leur plus lourd endettement par rapport aux étables entravées.

Par rapport aux autres systèmes de traite (salle de traite et lactoduc), les entreprises ayant des robots ont un coût d’alimentation plus élevé de 100$ par vache par année (incluant tous les coûts d’alimentation, fourrage, achats et grains produits à la ferme) et des frais fixes plus élevés de 300$ par vache par année. Ces derniers incluent principalement l’achat de robot (dépréciation), l’entretien et les intérêts à moyen et long terme.

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires