Il faudra parler davantage du bien-être animal

Lors du Porc Show, le professeur de communication Luc Dupont a rappelé l'importance d'être présent sur les réseaux sociaux

« Il y a un décalage entre la perception et la réalité », dit le professeur Luc Dupont, de l’Université d’Ottawa, chercheur associé à l’Observatoire des médias sociaux en relations publiques (OMSRP) et chercheur principal au CEFRIO.

« Le bien-être animal, il va falloir en parler davantage sur les réseaux sociaux, ajoute-t-il. Ce qui va devenir important, c’est de souffler dans sa trompette. Ce que je veux, c’est qu’en dehors des murs d’ici, ils le savent. Il y a un paquet de choses que vous faites. Il faut le dire. Ce n’est pas le meilleur ou l’innovateur qui l’emporte, c’est celui qui le dit. »

Articles connexes

Luc Dupont était conférencier lors du Porc Show 2019. Il réagissait à l’intrusion par des activistes anti-élevage dans une ferme porcine de Saint-Hyacinthe quelques jours avant l’événement, le 7 décembre.

« Le plus grand danger, c’est de s’en remettre au bouche-à-oreille », dit-il. C’est pourquoi il propose 5 actions :

  1. Réfléchir à votre image;
  2. Positionner, positionner, positionner;
  3. Prendre votre place sur internet;
  4. Utiliser les médias traditionnels et la publicité;
  5. Soigner vos relations publiques.

À une question d’une productrice qui demande comment réagir aux commentaires négatifs sur les réseaux sociaux, Luc Dupont répond ceci : « Le danger serait d’arrêter d’être sur les réseaux sociaux. Savez-vous quelle proportion de commentaires était en votre faveur suite aux événements de samedi passé? 80%! Vous ne pensiez pas ça, hein? Il y a deux types de commentaires : ceux auquels on peut répondre et ceux auxquels on ne peut pas répondre. Pour ceux-là, ce qui est bien lorsque c’est une réponse à l’une de vos interventions, c’est que vous pouvez les supprimer! »

Luc Dupont termine en rappelant que le point de bascule en marketing est de soigner son image.

Le ministre analyse la situation

De passage au Porc Show le 11 décembre, le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ), André Lamontagne, a débuté par rappeler les événements de l’intrusion à Saint-Hyacinthe. « Ça faisait longtemps qu’on disait que ça allait arriver, mais entre en discuter et ce qui arrive, il y a une différence », dit-il. Dans les heures qui ont suivi l’événement, le ministre a appelé les propriétaires de la ferme pour leur démontrer son soutien.

«Nous comme gouvernement, c’est maintenant de prendre acte, de s’asseoir, de discuter et de voir ce qui peut être fait, dit-il. L’important, c’est l’enjeu de votre sécurité et celle de votre cheptel.»

Il a rappelé que les producteurs de porcs ont été des précurseurs en mettant en place le premier guide sur le bien-être animal. Le Code de pratique pour les soins et manipulation des porcs a été publié en 2014.

« Il faut que les gens prennent acte des efforts que vous avez faits », a-t-il dit.

Le ministre Lamontagne s’est montré préoccupé par l’intrusion dans une ferme porcine par des activistes.
photo: Porc Show

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires