Il faut s’adapter à la pénurie de main d’œuvre

Une conseillère en ressources humaines fait cette recommandation

«Les entreprises les plus efficaces sont celles qui sont capables de s’adapter.» C’est ainsi que la conseillère en ressources humaines Karine Phaneuf, du Centre d’emploi agricole Chaudière-Appalaches s’est adressée aux quelque 530 participants du Symposium sur les bovins laitiers organisé par le CRAAQ le 29 octobre 2019.

Karine Phaneuf participait au panel «Je suis chef d’entreprise». Elle expliquait que le monde agricole vit actuellement un grand bouleversement, une crise de la main d’œuvre. Elle expliquait que le Québec est actuellement en pénurie de main d’œuvre alors que le taux de chômage est de 4,8%, sous le seuil du plein emploi de 5,2%.

Articles connexes

Dans certaines régions, c’est encore pire. C’est le cas en Chaudière-Appalaches où le taux de chômage est d’environ 2,8%.

«Au Québec, nous sommes la deuxième région au monde qui vit le plus grand déclin démographique», explique Karine Phaneuf.

Dans un tel contexte, le recrutement devient très difficile. Les entreprises qui auront le meilleur succès à ce niveau sont celles qui sauront attirer la main d’œuvre, auront un bon accueil et sauront retenir leurs employés.

«Il faut que vous trouviez ce qui va faire en sorte que le candidat a le goût de travailler chez vous, dit-elle. 70% des départs ont lieu durant les premiers mois. Il faut avoir un plan de développement des compétences.»

Pour cela, la formation permet de non seulement avoir le candidat qui réponde aux besoins de votre entreprise, mais elle motive aussi l’employé.

Un autre élément clé est l’engagement. En fournissant un bon climat de travail, de la reconnaissance et en faisant participer l’employé aux processus de l’entreprise, avec une charge de travail et un salaire adéquat, on met toutes les chances de son côté pour garder cet employé pour longtemps.

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires