Inauguration de la meunerie la plus moderne au Canada

Quatre ans après l’incendie de la Meunerie Côté-Paquette

Quatre ans après l’incendie ayant détruit la Meunerie Côté-Paquette à Ange-Gardien, Trouw Nutrition et B. Paquette ont inauguré la Meunerie Trivia à Saint-Hyacinthe le 31 mai 2019.

Pour Bernard Paquette et ses enfants, Caroline et Guillaume, l’événement était hautement émotif. Le 23 février 2015, la Meunerie Côté-Paquette était détruite dans un violent incendie. «Papa, Guillaume et moi, on te lève notre chapeau… de cow-boy! On est fiers d’être ta relève», a dit Caroline Paquette dans son allocution. Âgé de 76 ans, Bernard Paquette est un musicien amateur de musique country. Il a tenu à remercier toutes les meuneries qui, pendant quatre ans, ont fabriqué la moulée qu’il ne pouvait plus produire.

Articles connexes

Le directeur général de Shur-Gain/Trouw Nutrition pour l’Est du Canada, Jean-Pierre Picard a expliqué que le nom choisi «Trivia» veut dire «à la croisée des chemins» en latin. Le maire de Saint-Hyacinthe, Claude Corbeil, a dit que la meunerie complète bien la mission de technopole de l’agroalimentaire de sa municipalité. Le président de Shur-Gain/Trouw Nutrition, Jacques Leclerc, s’est dit privilégié de procéder à une telle inauguration. La dernière fois qu’une telle inauguration avait eu lieu pour la compagnie, c’était il y a 40 ans.

Il s’agit de la meunerie la plus moderne du genre au Canada. D’une capacité annuelle de 240 000 tonnes, l’usine est complètement automatisée. Elle a été conçue pour répondre aux demandes actuelles et futures. Un grand souci est accordé sur l’assurance de la qualité, de la réception à l’expédition des aliments.

Construite au coût de 40 millions$, l’usine est située à côté de la voie ferrée. Voici les principaux points techniques :

– Les ingrédients peuvent être déchargés directement des wagons pour être transférés sous terre à l’usine.
– Des échantillons seront pris automatiquement à la réception des ingrédients.
– Dans le laboratoire d’analyse des ingrédients, chaque chargement sera analysé.
– La fabrication offre deux lignes de production : une sans antibiotique et l’autre avec antibiotique.
– Un contrôle de qualité informatisé des ingrédients médicamenteux permet d’éviter la contamination croisée. Il y a 11 micro-silos médicamentés.
– Les deux mélangeurs de trois tonnes chacun sont alimentés par cinq balances.
– L’usine a été conçue pour résister au feu.
– Un système de décontamination aspire les poussières dans l’usine, ce qui la garde propre en tout temps tout en évitant la contamination croisée.
– Des caméras sont installées partout, ce qui permet à la personne dans le poste de commande de voir ce qui se passe en tout lieu sur le site.
– Dix-sept personnes travailleront à la meunerie.
– L’usine débutera ses opérations dans les prochains jours et atteindra sa vitesse de croisière d’ici trois mois.

Les deux mélangeurs de trois tonnes chacun sont alimentés par cinq balances.
photo: Marie-Josée Parent

Un contrôle de qualité informatisé des ingrédients médicamenteux permet d’éviter la contamination croisée.
photo: Marie-Josée Parent

Cubeuse et conditionneur. Il y en a deux comme cela, pour la ligne sans antibiotique et l’autre avec antibiotique.
photo: Marie-Josée Parent

Granulateurs et refroidisseurs.
photo: Marie-Josée Parent

 

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires