Ligne de temps

La rumination, un bon indicateur de la santé des vaches

ie_vache qui rumine

Photo : Alain Fournier

Plusieurs types de moniteurs ont vu le jour dans les dernières années. Certains mesurent la température ou le déplacement des vaches et permettent de prédire l’apparition de maladies infectieuses afin de les traiter plus rapidement. Une équipe de recherche de l’Italie a démontré que la mesure de la rumination était un excellent indicateur de santé des vaches durant la période de transition.

Les chercheurs ont utilisé un collier pour positionner ce moniteur sur le côté droit du cou. Le moniteur enregistre le son de la régurgitation et de la rumination. Le temps de rumination des vaches a été enregistré de trois à six jours après le vêlage afin de les séparer en deux groupes de rumination.

Le premier groupe était composé de vaches qui avaient un taux de rumination élevé ou normal. Le deuxième groupe, de vaches dont la rumination était faible. Les vaches qui avaient un taux de rumination faible après le vêlage ont finalement atteint une cadence de mastication similaire à celle de l’autre groupe près de 20 jours après le vêlage.

Les scientifiques ont observé que plus de 90 % des vaches de faible rumination développaient une maladie clinique après le vêlage, comparativement à seulement 42 % des vaches du groupe à rumination élevée. Plus la rumination était faible quelques jours après le vêlage, plus il y avait d’inflammation sévère chez ces vaches.

La rumination était également reliée à la productivité des animaux. Ainsi, les vaches dont la rumination était normale ont produit 4,2 kg de lait de plus que le groupe dont le taux de mastication était anormalement bas.

Source : Journal of Dairy Science

Article d’Alain Fournier

à propos de l'auteur

La référence en nouvelles technologies agricoles au Québec.

Fondé en 1918, Le Bulletin des agriculteurs traite des tendances, des innovations et des dernières avancées en matière de cultures, d’élevages et de machinisme agricole dans le but de faire prospérer les entreprises agricoles d’ici.  

Commentaires