Les Éleveurs de porcs du Québec s’impatientent face au conflit de Vallée-Jonction

Le conflit de travail aux installations d'Olymel a débuté le 28 avril.

Les coûts liés à l'alimentation deviennent un enjeu important.

Après presque trois mois de grève, le président des Éleveurs de porcs du Québec, David Duval, a exprimé ses inquiétudes devant l'impasse que semble connaitre les négociations dans le conflit de travail aux installations d'Olymel à Vallée-Jonction. En plus du ralentissement des opérations qui obligent les producteurs à garder des porcs plus lourds à la ferme, les chaleurs estivales rendent les conditions plus difficiles pour les animaux. Les éleveurs anticipent également des retards liés aux vacances des travailleurs à la fois pour les opérations de transport que la transformation.

Selon les dernières estimations, environ 117 000 porcs étaient en attente par rapport à 106 602 la semaine précédente. Pour la semaine d’abattage se terminant le 3 juillet 2021, les poids moyens des porcs Qualité Québec et Olymel Plus ont diminué pour se situer, respectivement, à 111,7 et à 115,3 kg. À titre comparatif, les poids étaient de 112,1 kg et 116,2 kg la semaine précédente. Olymel maintient également ses détournements de porcs du Québec et de l’Ontario vers d’autres abattoirs hors Québec.

À la suite d'une manifestation d'une centaine des 1050 employés en grève aux installations d'Olymel à Princeville, M.Duval a pressé les deux parties à en venir à une entente afin de mettre fin au conflit de travail. « Jusqu’ici, nous avons tout fait pour ne pas frapper le mur où nous serions confrontés à l’abattage humanitaire. Chaque jour, l’attitude et les actions des deux parties augmentent la vitesse à laquelle nous nous dirigeons vers ce mur. Nous recevons de plus en plus d’appels de producteurs pour lesquels la situation dans les bâtiments est critique. Je presse de nouveau le syndicat et la partie patronale, au nom de tous les éleveurs, à s’entendre rapidement pour éviter de se retrouver devant l’impensable».

Les demandes concernant le .salaire semblent être la principale pierre d'achoppement entre le syndicat et Olymel

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires