Plus de robots

Au Canada, 50 % des nouvelles installations sont équipées de robots de traite, alors qu’en France, en Hollande et au Danemark, on parle de 70 %. Les producteurs laitiers les choisissent pour régler un problème de main-d’oeuvre, pour réduire les coûts d’exploitation, pour traire trois fois par jour et pour accéder aux données. En effet, les robots compilent un grand nombre d’informations, non seulement sur le volume de lait, mais aussi d’autres comme la qualité du lait et l’activité de la vache. Et puis, il est possible de les contrôler à distance.

Dans ce deuxième volet du supplément de l’article Plus de robots qu’on le pense, paru dans Le Bulletin des agriculteurs de janvier 2013, découvrez, en vidéos, les robots de Milkomax et Boumatic.

Roboleo de Milkomax

Voyez en fonction le robot québécois permettant de traire en étables entravées.

MR-S1 de Boumatic

Explications en français du fonctionnement du robot dont le bras robotisé se déplace entre les pattes arrières de la vache.

Les robots de traite en trois parties :

Lundi : Des robots légendaires, Astronaut (Lely) et VMS (DeLaval)

Mercredi : Plus de robots, Roboleo (Milkomax) et MR-S1 (Boumatic)

Vendredi : Toujours plus de robots, Astrea 20.20 (Insentec) et MI One (GEA)

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires