Porc : le Québec maintient ses parts de marché

Selon des données du MAPAQ sur le commerce international, il s’avère que le Québec tire bien son épingle du jeu dans le contexte de la crise porcine.

Entre 2005 et 2009, l’industrie porcine québécoise a su conserver ses parts sur le marché canadien. Elle a aussi légèrement augmenté sa part des exportations canadiennes de porc à l’étranger.

Les transformateurs de porc du Québec occupent 28 % du marché canadien. Les ventes de l’industrie québécoise atteignent 1,1 milliard $, dans un marché de 4 milliards $ (en termes d’achats des distributeurs et non des ventes finales aux consommateurs).

On observe cependant qu’au cours des dernières années, l’industrie québécoise a déplacé vers le Québec une partie du marché qu’elle détenait dans le reste du Canada. Ainsi, en 2005, les transformateurs québécois réalisaient 79,6 % de leurs ventes au Québec et 12,5 % ailleurs au pays. En 2009, ils accaparent 89 % du marché québécois et seulement 7 % du marché du reste du Canada.

Malgré la crise économique de 2009, l’industrie québécoise a su conserver sa place sur les marchés internationaux, tandis que les entreprises du reste du Canada ont réduit leurs exportations. C’est pour cela qu’on observe une augmentation de la part relative du Québec parmi les exportations canadiennes (38 % en 2005 ; 40,1% en 2009).

Source : BioClips (MAPAQ)

Commentaires