Quel est le meilleur aménagement avec DAC autobloquants?

Le CDPQ a voulu en connaître davantage sur l'équipement pour les truies en groupes

L’aménagement est important lorsqu’on installe des distributeurs automatiques de concentrés de type autobloquants, les DAC autobloquants. Le Centre de développement du porc du Québec (CDPQ), qui a participé à la conception de ce type de système, a voulu mieux comprendre la meilleure façon de les installer et le comportement des truies en leur présence. Les DAC autobloquants sont des systèmes qui permettent d’alimenter individuellement les truies gestantes logées en groupe.

1 DAC

L’équipe de l’agronome Sébastien Turcotte, le responsable du projet, a identifiée que l’aménagement optimal lorsqu’il n’y a qu’un DAC autobloquant par groupe de truies est d’accoler à ce DAC un muret avec panneau entièrement ajouré devant l’entrée comme sur la photo ci-contre. De cette façon, les truies demeurent moins longtemps dans le DAC, ce qui laisse plus de temps aux autres truies pour s’alimenter. C’est bénéfique pour les truies de statut social inférieur. C’est aussi bénéfique s’il y a temporairement plus de truies dans le parc que le ratio recommandé.

Articles connexes

3 DAC

Par contre, les aménagements avec trois DAC autobloquants par parc sont fréquents. Dans ce cas, le CDPQ a démontré que plus le ratio de truies par DAC autobloquant est petit, plus la durée de l’alimentation est courte. Toutefois, le temps passé par truie par jour « hors alimentation » est élevé. Il s’agit du temps où les truies sont dans les DAC et que leur attention n’est pas portée sur l’alimentation et que les truies utilisent ce temps pour s’isoler, explorer, se réfugier… Cela peut avoir un impact sur la solidité des équipements à long terme.

4 DAC

L’équipe du CDPQ a voulu savoir si, lorsqu’il y a quatre DAC, il était mieux de les coller ou de les placer deux par deux. Lorsqu’ils sont deux par deux, le plus gros inconvénient est la difficulté d’aménagement pour respecter les zones de circulation et de couchage. Il n’y avait pas d’impact négatif sur le nombre de visites, les agressions ou la durée d’alimentation.

Autres constats

D’autres aspects intéressants ont été notés. Les truies n’ont pas de DAC autobloquants préféré. Autre élément, les cochettes devraient être logées avec les cochettes ou des truies de parité 2 quand c’est possible. Quand elles sont logées avec des multipares, les cochettes vont se réfugier dans les DAC autobloquants et y demeurent longtemps. Par contre, les performances sont les mêmes que les cochettes soient logées avec des multipares ou d’autres cochettes.

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires