Quels défis attendent les éleveurs ?

Quels sont les principaux défis auxquels feront face les éleveurs nord-américains au cours des prochaines années ?

Traçabilité, environnement, plus grande ouverture des marchés, exigences en salubrité, volatilité des prix. Les éleveurs de bovins laitiers ou de boucherie, de volailles ou de porcs font déjà face à tous ces défis, mais l’importance de ceux-ci prendront de l’ampleur dans les années à venir.

Alors qu’il prenait la parole au Colorado devant une assemblée d’éleveurs de cet état, le dirigeant de JBS, le plus important transformateur de viande des États-Unis (boeuf, porc, poulet), a ainsi résumé le futur des éleveurs : ils devront faire plus avec moins !

Selon lui, les plus grandes faiblesses des éleveurs des États-Unis se situent au niveau de la traçabilité et des exigences de plus en plus strictes en matière de salubrité. Il estime que les campagnes promotionnelles pour les achats de viandes canadienne et australienne représentent une menace pour les éleveurs américains qui pourraient perdre des parts de marché au profit de la viande importée de ces deux pays.

Pour s’en sortir, les éleveurs doivent savoir profiter de leurs acquis : une chaîne d’approvisionnement en intrants bien rodée, des économies d’échelles et la confiance des consommateurs.

D’autres défis attendent cependant les producteurs qui élèvent du bétail : la volatilité des prix et l’augmentation des capitaux nécessaires pour se lancer en affaires ou pour procéder à des investissements.

D’ici 2050, la planète comptera deux ou trois milliards d’humains de plus. Comme les revenus disponibles pourraient tripler, la demande pour la nourriture croîtra du double. On estime que 70 % des humains habiteront alors en ville et qu’ils dépendront dont des ruraux pour leur approvisionnement en nourriture.

Commentaires