Révision des codes de pratiques, c’est parti!

Au tour du laitier, caprin, transport et poissons d’élevage

En 2019, les codes de pratiques pour le soin et la manipulation des animaux d’élevage dans le laitier, le caprin et le transport débutent leur processus de révision. De plus, un tout nouveau code verra le jour : les poissons d’élevage.

Le code pour le transport date de 2001, celui dans le secteur caprin de 2003 et celui du secteur laitier date de 2009.

« Nous sommes au tout début du processus de révision de ces codes », explique Jackie Wepruk, directrice générale du Conseil national pour les soins aux animaux d’élevage.

Articles connexes

Étable en stabulation libre pour production laitière biologique.

Pour celui sur les chèvres et les vaches laitières, des codes existent déjà. Il est possible que certaines sections de ces codes ne seront pas du tout modifiées, alors que d’autres pourraient faire l’objet d’une refonte plus majeur.

Pour le code sur le transport, la refonte sera majeure et touchera toutes les espèces animales. Le code sur les poissons d’élevage sera tout nouveau, mais il suivra le même schéma que les autres codes sur les élevages.

Questionnée sur le code des vaches laitières, Jackie Wepruk dit qu’elle ne peut pas se prononcer. « La question du logement, du confort et du déplacement des vaches sont des sujets qui sont toujours débattus dans les comités, dit-elle. mais il est impossible pour moi en ce moment de vous dire ce qui sera décidé.»

La première étape est la formation des comités pour chacun de ces secteurs. D’un côté, le comité d’élaboration du code. De l’autre, le comité scientifique. Les règles de composition suivent un encadrement particulier. Leur formation est prévue en février 2019.

Il ne faut donc pas s’attendre à des changements d’ici peu. Il faudra quelques années avant d’en voir les résultats. Les changements sont attendus entre 2021 et 2023. Le code sur le transport sera le plus long.

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires