Important : calibrer les capteurs de sa batteuse

Calibrer est la première chose à faire avant de sortir la moissonneuse-batteuse du champ

Avant de sortir sa moissonneuse-batteuse au champ pour les récoltes, il est fortement recommandé de calibrer adéquatement les capteurs. Ceci afin de générer des données fiables et ainsi prendre des décisions cohérentes avec les cartes de rendement.

« Lorsque les capteurs de l’appareil ne sont pas calibrés adéquatement et s’ils ne sont pas ajustés tout au long de la saison, les données collectées vous seront inutiles en raison de leur imprécision », indique Cory Weber, représentant commercial pour Premier Equipment d’Elmira en Ontario.

Sa recommandation est de calibrer l’appareil au début des récoltes et toutes les fois où le bec cueilleur est remplacé, ainsi qu’à intervalles réguliers au champ, afin de collecter des données fiables.

« Lorsque vous remplacez le bec cueilleur, il est nécessaire d’effectuer un calibrage du système afin qu’il puisse détecter les capteurs en place. Par ailleurs, les vibrations de l’appareil varient d’un bec cueilleur à l’autre et ceci se répercute sensiblement sur la carte de rendement », précise Cory Weber.

Le calibrage d’une moissonneuse-batteuse est une tâche facile qui requiert moins d’une heure. Certains systèmes peuvent même être calibrés en aussi peu que 15 minutes. Malheureusement, les agriculteurs ne le font pas aussi souvent qu’ils le devraient.

« Je crois que changer les habitudes est ce qui est le plus difficile. L’agriculteur doit être plus présent et adopter une approche proactive au moment du changement de culture. Comme il s’agit d’appareils ayant davantage de capteurs et offrant un niveau d’automatisation plus élevé, les réglages demandent plus d’interaction avec l’écran d’affichage et cette tâche n’est pas intuitive pour certains agriculteurs », ajoute Cory Weber.

Aujourd’hui, les moissonneuses-batteuses possèdent des systèmes qui peuvent se calibrer en cours de récolte au champ. Certains modèles de moissonneuses-batteuses pèsent automatiquement la récolte lorsqu’un poids seuil a été atteint. « Sur les moissonneuses-batteuses plus anciennes, ceci devait être fait manuellement. Aujourd’hui, les appareils peuvent être livrés avec ces fonctionnalités, autrement elles peuvent être ajoutées. »

Cinq réglages

Les cinq réglages à faire sont le calibrage du bec cueilleur, celui des capteurs de débit de récolte, de la vibration du débit de récolte, de l’humidité et des pertes en céréales. Ensemble, la tâche ne demande qu’une heure, répète Cory Weber.

« Si votre appareil n’est pas muni de la fonction « Active Yield », il est recommandé d’effectuer un calibrage en plusieurs points. Il suffit de vous rendre au champ, de peser un chargement, puis vous indiquez au système, à l’aide de l’écran, que le chargement que contient la benne à grain pèse X livres. »

Il est important d’effectuer plusieurs fois ce calibrage tout au long du déplacement au champ afin d’obtenir les données les plus précises possible. « Les différentes zones livrent différentes quantités et présentent différentes conditions. Ainsi, plus le nombre de calibrages effectués est élevé, plus les données correspondent aux champs récoltés et plus vous fournissez de points de données pour le calibrage de la récolte, meilleures sont vos mesures de rendement. »

Cory Weber estime que plus de 90% des opérateurs passent outre le calibrage du poids qui est pourtant l’élément le plus important à calibrer. Il suggère d’entrer les données de poids d’au moins quatre chargements par champ afin de prendre en compte précisément la variation des données et de s’assurer de fournir des informations précises correspondant au champ en entier.

Ceci peut ne pas être une tâche pouvant être accomplie de manière réaliste pour la plupart des agriculteurs alors ajouter une balance à un chariot à grain est une solution temporaire. « Vous ne perdez pas de temps en allant au chariot à grain pour le vider. Si vous utilisez un chariot à grain, pendant le déchargement, l’opérateur peut vous indiquer que le chargement X pèse tel poids. »

Il y a des agriculteurs qui branchent un iPad au cadran de la balance du chariot à grains. L’appareil se connecte à la cabine de la moissonneuse-batteuse et le conducteur voit le poids de la charge. « L’opérateur n’a même pas l’obligation de parler avec le conducteur du chariot à grains. Il voit tout ce qui se passe grâce à un écran sans fil et dès qu’il sait de quoi il s’agit, il peut entrer l’information immédiatement. Cette fonctionnalité est ce qui s’apparente le plus à un système automatisé. »

Lorsque vous devez étudier les données collectées par votre moissonneuse-batteuse, plus vous avez de mesures, mieux renseigné vous êtes et meilleures sont vos décisions. « Ça prend trois ans de collecte de données, certains disent même cinq ans de collecte, mais il faut au moins trois ans. Au fur et à mesure que les années passent, meilleures sont les décisions prises. Bien entendu si un calibrage a été effectué. Si l’appareil n’est pas calibré, peu importe le nombre d’années de culture, les données seront inutiles. »

 

 

à propos de l'auteur

Articles récents de Jennifer Glenney

Commentaires