Agritechnica : trente hectares de machinerie

Hanovre, Allemagne, novembre 2007. Quelque 340 000 visiteurs déferlent sur Agritechnica, pour y visiter les stands de 2247 entreprises. Parmi celles-ci, trois Québécoisesqui tentent une percée sur le marchéeuropéen.

L’exposition s’étend sur 30 hectares. Elle abeau être le plus grand salon d’équipementsagricoles intérieur de la planète, elle n’occupeque la moitié du site du rendez-vous mondialque fut Expo 2000. Les exposants remplissent16 pavillons. Seuls les fabricants d’équipementsforestiers s’installent à l’extérieur.

« C’est impressionnant ! » lance le présidentd’Aulari, Patrick Audette, en constatant l’étenduedes stands des géants que sont John Deereet Case. Plusieurs entreprises paient plus de200 000 $ par jour leur espace à Agritechnica.

C’est au stand de Monosem que l’on retrouvePatrick Audette, venu y faire connaître sesapplicateurs d’engrais granulaires que l’équipementierfrançais commercialise pour lui enEurope depuis trois ans.

Les applicateurs d’engrais Aulari s’adaptentaux semoirs de plusieurs fabricants, mais c’estavec Monosem que le partenariat est le plusétroit. « Monosem est une entreprise de taillemoyenne, alors on peut se parler de dirigeant àdirigeant », explique Patrick Audette.

L’entrepreneur de Saint-Barnabé-Sud, prèsde Saint-Hyacinthe, flaire la bonne affaire avecle développement accéléré des grandes fermesd’Europe de l’Est, qui utilisent des engrais granulaires.

Des 71 000 visiteurs venus à Agritechnica de l’extérieur de l’Allemagne, 14 000 provenaientde pays comme la Pologne, l’Ukraine,la Russie, la République tchèque et le Bélarus.

Chez S. Houle, on a choisi Agritechnicacomme plate-forme de lancement pour lemarché européen. L’entreprise de Saint-Germain-de-Grantham, près de Drummondville,cherche des distributeurs pour ses cisailleshydrauliques, lames à neiges extensibles etrâteaux à roches. « Je n’aurai pas à revenir auCanada avec ces équipements », dit avec satisfactionle directeur des exportations Allen Tardif,alors qu’un distributeur allemand s’attablepour signer un contrat.

Avec le dollar canadien qui monte en flèche,il faut se tourner vers d’autres marchés que lesÉtats-Unis, souligne Allen Tardif. S. Houle a saplace en Europe, croit-il, puisque ses râteauxà roches et ses cisailles, par exemple, ne ressemblenten rien à ce qui se fait sur le VieuxContinent.

C’est tout près des grands fabricants de tracteursque l’on retrouve le stand de Soucy Track,bondé de curieux attirés par une vidéo de seschenilles en caoutchouc en action au champet dans la neige.

Le marché européen est plus ouvert aux chenilles que le marchénord-américain, croit lereprésentant Yannick St-Sauveur. « Les vieilles terressont très précieusesaux yeux de leurs propriétaires.Avec des chenilles,on passe en douce, sanscompacter. » Forte dusuccès de ses chenilles decaoutchouc dans l’industriede la défense, l’entreprisede Drummondvilleinvestit le secteur agricole.

En cette première présenceà Agritechnica,l’objectif est simple :trouver des distributeurseuropéens. À mi-chemin durant l’exposition,plus de 200 partenaires potentiels s’étaientmanifestés. Il s’agira ensuite de déterminer lesquelssont les bons, confie Yannick St-Sauveur.Beau problème.

Agritechnica est l’événement par excellence pour le lancement desnouveaux produits des fabricants européens. Voici quelques-unes desinnovations qui ont retenu l’attention du Bulletin des agriculteurs.

Le fabricant allemandde semoirset d’équipementsd’épandage Amazonea mis au point unsystème de caméraà rayons infrarougesqui mesure et corrigeen temps réel l’activitéd’un distributeurd’engrais. La caméraArgus améliore laqualité du travail et leconfort de l’opérateuret lui permet d’éviterdes erreurs et leursimpacts économiqueset écologiques.

La presse à chambrefixe à diamètre deballe variable ComprimaF155 de Kronea été conçue pourcombiner les avantagesdes pressesà chambres fixes etvariables. La ballese forme d’aborden chambre fixe. Lenouveau système decompactage NovoGripentre ensuite en jeupour autoriser des ballesde densité supérieuredont le diamètrepeut varier de 1,25 mà 1,5 m.

Présenté pour la premièrefois à Agritechnica, le Fendt Trisix Vario est un tracteur à trois essieux et six roues indépendantes.Encore au stade deconcept, le Trisix a laprétention d’allier lesavantages des chenillesà ceux des roues,sans les désavantagesde ces deux modesde traction. Le Trisixdéploie 540 ch et fait7,61 m de long. Il estéquipé pour freiner àplus de 60 km/h.

Fini les prélèvementsd’échantillons de lisieravant l’épandage !Le VAN-Control deZunhammer utilise laspectroscopie infrarougepour mesureren temps réel lateneur en matièresèche et en élémentsnutritifs dans le lisier.L’appareil ajustel’épandage automatiquementet enregistreles quantités de lisierépandues.

Spécialisé dans les équipements de récolte,le fabricant allemandGrimme a présenté lapremière récolteuse de pommes de terreéquipée d’un systèmede surveillance CANBus.Les caméras duVisual Protect sontprogrammées pour ques’affichent automatiquementles zones deproblème potentiel, afinde minimiser les risquesde dommages à l’équipementet au produitrécolté.

Agritechnica en chiffres
Hanovre, du 11 au 17 novembre 2007
Visiteurs : 340 000
Visiteurs de l’extérieur de l’Allemagne : 71 000
Nombre de pays : 81
Exposants : 2247
Exposants de l’extérieur de l’Allemagne : 957
Pays représentés : 36
Superficie totale des stands : 180 000 m2 (18 hectares)
Superficie totale de l’exposition : 303 437 m2 (30 hectares)
Prochaine édition : 8 au 14 novembre 2009, à Hanovre

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agritechnica
http://www.agritechnica.com


Commentaires