Coup de pouce du fédéral pour la main-d’œuvre étrangère

Un programme de trois ans soutiendra plusieurs initiaves en agriculture

Le Canada a lancé dernièrement un nouveau programme pilote d’immigration économique d’une durée de trois ans visant à attirer et à retenir les travailleurs non saisonniers expérimentés, en leur offrant la possibilité de devenir résidents permanents.

Le nouveau programme veut mettre à l’essai une nouvelle approche afin d’aider à répondre aux besoins en main-d’œuvre du secteur agroalimentaire, particulièrement dans la transformation de la viande, la production de champignons et la production serricole. Le fédéral estime que répondre aux besoins du marché du travail dans ces industrie leur permettra de croître et de vendre davantage vers les marchés extérieurs. Les exportations agricoles ont établi un nouveau record en 2018, en atteignant 66,2 milliards de dollars.

Articles connexes

Les employeurs du secteur agroalimentaire qui ont l’intention de participer au programme pilote ou à d’autres programmes d’accès à la résidence permanente pour les travailleurs étrangers des mêmes professions et industries seront admissibles à une évaluation des répercussions sur le marché du travail d’une durée de deux ans.

Les travailleurs étrangers temporaires pourront présenter une demande dans le cadre de ce programme pilote au début de 2020. Le nombre maximal de personnes dont la demande pourra être acceptée aux fins de traitement au cours d’une année donnée sera fixé à 2750 demandeurs principaux, en plus des membres de leur famille. Le total sera d’environ 16 500 nouveaux résidents permanents potentiels au cours des trois années du programme pilote.

Les exportations agricoles ont établi un nouveau record en 2018, en atteignant 66,2 milliards de dollars.

Un comité sénatorial a constaté d’ailleurs dernièrement que les besoins de longue date  des agriculteurs à chercher des travailleurs est appelée à s’aggraver. Le comité sénatorial de l’agriculture et de la foresterie a publié un rapport qui concluait que le Canada devait être plus compétitif sur les marchés mondiaux. La pénurie de main-d’œuvre dans le secteur agricole est l’un des nombreux facteurs qui contribuent aux occasions manquées, selon la sénatrice Diane Griffin, présidente indépendante du comité. Selon elle, les postes vacants dans le secteur devraient passer de 69 000 à 114 000 d’ici 2025.

Avec le nouveau programme, le fédéral dit avoir complété sa stratégie d’immigration économique du Canada, qui comprend le Programme pilote d’immigration au Canada atlantique, le Programme pilote d’immigration dans les communautés rurales et du Nord, la Stratégie en matière de compétences mondiales, le système Entrée express revitalisé et un programme élargi des candidats des provinces.

 

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires