1,35 million de dollars pour la mariculture sur la Côte-Nord

Sept-Îles (Québec), 21 mars 2002 – Dans le cadre de sa participation à la rencontre annuelle du Regroupement des mariculteurs du Québec (RMQ) qui se tient les 21 et 22 mars à Sept-Îles, le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, M. Maxime Arseneau, a procédé deux annonces majeures totalisant 1,35 million de dollars pour assurer le développement durable de la mariculture sur la Côte-Nord. Il était accompagné du député de Duplessis, M. Normand Duguay, et de représentants d’organismes de développement du milieu.

M. Arseneau a annoncé officiellement la création d’un centre de recherche en aquaculture sur la Côte-Nord. Il a également confirmé la signature d’une entente spécifique prévoyant l’embauche de deux personnes-ressources affectées à l’encadrement scientifique et technique des entreprises aquacoles nord-côtières.

« L’aquaculture est un domaine en progression à l’échelle mondiale. Le Québec possède des atouts enviables qui devraient lui permettre de se classer parmi les meilleurs pays producteurs au cours des prochaines années », a déclaré le ministre.

Le Centre aquacole de la Côte-Nord (CACN) inc.

Par ailleurs, le ministre Arseneau a annoncé l’octroi d’une somme de 900 000 $ sur trois ans pour la création du Centre aquacole de la Côte-Nord (CACN) inc. De cette somme, 75 000 $ sont alloués pour la réalisation immédiate de projets de R&D et 825 000 $ pour la mise en place du Centre de recherche et le soutien de ses activités de R&D et de transfert technologique. Ces subventions sont accordées dans le cadre de la Stratégie québécoise de développement économique des régions-ressources et du Plan de relance de la Basse-Côte-Nord, grâce aux efforts conjoints du MAPAQ, du ministère des Régions (MREG), du Conseil régional de développement de la Côte-Nord et du CLD Basse-Côte-Nord.

À l’instar des régions maritimes de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine, la Côte-Nord pourra désormais compter sur un centre de recherche spécifiquement consacré à la réalisation d’activités de R&D adaptées au contexte biophysique de la région. Le siège social du CACN, grâce à sa situation géographique centrale à La Tabatière, assurera un rayonnement sur l’ensemble de la région nord-côtière. Un conseil d’administration, formé de représentants de l’industrie et des ministères et organismes impliqués, assurera la direction du Centre.

Encadrement scientifique et technique pour les entrepreneurs aquacoles

M. Arseneau a d’abord annoncé l’octroi de 450 000 $ sur une période de trois ans pour doter la région de deux spécialistes qui offriront un encadrement scientifique à l’industrie maricole nord-côtière. Ainsi, un responsable de l’élevage de poissons et de crustacés, de même qu’une personne-ressource affectée au soutien scientifique et technique des entreprises maricoles en exploitation ou en démarrage seront embauchés.

Outre le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation et le ministère des Régions, le ministre responsable de la région, M. Michel Létourneau, le Conseil régional de développement et la Corporation du programme de recherche Papatshe inc. sont au nombre des partenaires associés dans cette entente spécifique régionale.

Ces initiatives traduisent la volonté du MAPAQ de soutenir la recherche et l’innovation en mariculture. Ainsi, pour l’ensemble du Québec, le MAPAQ joue un rôle moteur dans la réalisation de projets de recherche préalables à l’implantation d’activités industrielles en aquaculture, notamment par ses expertises et ses infrastructures de recherche. Depuis un an, 2,6 millions de dollars ont été consacrés à des interventions en R&D et en innovations en mariculture, menées par 25 scientifiques et techniciens, dont environ 85 % pour la mytiliculture et la pectiniculture. En outre, le ministère a assuré la coordination scientifique du programme de R&D sur l’élevage de la mye et réalisé divers projets portant entre autres sur les ombles, l’huître, l’oursin et la larviculture.

De plus, le ministère mène, de concert avec l’industrie, des activités de veille et de transfert de technologie, notamment en appuyant les entreprises dans leurs projets d’implantation de sites aquacoles et en organisant des missions d’exploration.

« Conscient que le potentiel aquacole doit être exploré suivant une approche de développement durable, le gouvernement du Québec est fier de mettre en place des outils et des moyens efficaces pour stimuler le développement de l’aquaculture nord-côtière », a conclu le ministre Arseneau.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)

http://www.agr.gouv.qc.ca/

Commentaires