1700 animaux abattus, tests en Angleterre

Londres (Angleterre), 31 juillet 2001 – Des centaines de moutons atteints de la fièvre aphteuse ont été abattus et des milliers d’autres soumis à des tests en Angleterre, mardi, dans le cadre de ce que les syndicats des fermiers ont qualifié d’importante offensive visant à freiner la progression de l’épizootie.

Environ 1700 animaux ont été abattus mardi au pays de Galles, s’ajoutant aux 4000 autres tués la semaine dernière, a affirmé la porte-parole du Syndicat des fermiers gallois (NFU).

« Nous sommes absolument terrifiés, parce que les animaux dont les tests ont révélé la présence de la maladie ont circulé sur un vaste territoire », a déclaré la porte-parole, ajoutant craindre « que la maladie ne soit plus étendue que nous ne le pensions et que le quart des animaux de la région doive être abattu ».

Des tests sont également en cours pour vérifier l’état de santé de 30 000 à 50 000 moutons dans le North Yorkshire (nord de l’Angleterre). Les autorités gouvernementales des deux régions les plus touchées de Grande-Bretagne — le Brecon Beacons (pays de Galles) et le Yorkshire — ont également dit craindre une augmentation du nombre d’animaux malades.

Les autorités ont installé un « périmètre de bio-sécurité » près des zones à risque afin de protéger environ 350 000 moutons, 500 000 porcs et 113 000 bovins, selon les estimations du porte-parole régional du NFU.

Une porte-parole du département britannique chargé de l’Environnement, de l’Alimentation et des Affaires rurales a estimé à 1,2 milliard de livres (1,71 milliard de dollars), pour l’instant, le coût total, pour le gouvernement britannique, de la gestion de la crise de la fièvre aphteuse. Il a dit s’attendre à un quasi-doublement de la facture.

Source : Reuters

Commentaires