Accord Québec-Ontario sur le commerce et la coopération

Longueuil (Québec), 11 septembre 2009 – L’Union des producteurs agricoles (UPA) et la Ontario Federation of Agriculture (OFA) accueillent favorablement la signature, à Toronto par les premiers ministres québécois et ontarien, de l’Accord Québec-Ontario sur le commerce et la coopération.

« Les dispositions agricoles de l’Accord reposent en grande partie sur une proposition conjointe des producteurs québécois et ontariens. En ce sens, il répond à l’essentiel de nos préoccupations au regard de nos mécanismes respectifs de mise en marché et de la protection des normes québécoises et ontariennes de composition et d’étiquetage des aliments », a déclaré le président général de l’UPA, M. Christian Lacasse.

« L’Accord respecte également notre position commune au regard des négociations à l’Organisation mondiale du commerce (OMC), ce dernier préservant l’intégrité de la gestion de l’offre et le maintien d’un environnement commercial sain sur la scène internationale », a continué la présidente de l’OFA, Mme Bette Jean Crews.

Pour les deux organisations, l’Accord Québec-Ontario sur le commerce et la coopération illustre avec éloquence l’importance du consensus, de la consultation et du dialogue avec le monde agricole pour toute entente économique interpelant directement les producteurs. Malheureusement, cette approche n’a pas été retenue pour ce qui est de l’Accord sur le commerce intérieur (ACI), une version pancanadienne de l’Accord Québec-Ontario.

En effet, le 8 août dernier les premiers ministres provinciaux et territoriaux ont annoncé avoir convenu d’un nouveau chapitre sur l’agriculture, et ce, sans quelque consultation avec l’industrie et malgré des engagements préalables à cet égard. Les agriculteurs québécois et ontariens sont donc fortement inquiets, d’autant plus que les textes ne sont toujours par disponibles plus d’un mois après cette annonce et que les instances ministérielles et gouvernementales demeurent vagues sur leur contenu.

Selon le président de l’UPA, « De nouvelle versions des dispositions agricoles de l’ACI mettaient effectivement en péril toutes les mesures favorisant la mise en marché collective et ordonnée, la gestion de l’offre, les règles d’étiquetage et les normes de composition des aliments. À la suite d’une mobilisation importante et au grand soulagement des organisations agricoles provinciales et canadiennes, ces nouvelles dispositions furent finalement écartées. L’annonce du mois dernier préoccupe donc très fortement les producteurs québécois et ontariens. Il s’agit d’un enjeu primordial non seulement pour l’industrie, mais aussi pour les consommateurs, plusieurs des mesures en jeu visant prioritairement à les protéger et à leur garantir une information juste et complète sur les produits qu’ils consomment ».

Les gouvernements québécois et ontariens doivent veiller à ce que toute nouvelle version des dispositions agricoles de l’ACI soit alignée avec le consensus agricole sur lequel repose l’Accord Québec-Ontario sur le commerce et la coopération. « Cela nous semble d’autant plus logique que le Québec et l’Ontario représentent plus de 62 % de la population canadienne et quelque 55 % du PIB généré par l’ensemble du secteur de l’agriculture et de l’agroalimentaire au Canada », a déclaré Mme Crews.

À propos de la Ontario Federation of Agriculture (OFA)
La Ontario Federation of Agriculture est la plus grande organisation agricole en Ontario représentant quelque 37 000 producteurs agricoles ainsi que 32 affiliés et membres organisationnels représentant la majorité des secteurs agricoles spécialisés. Avec ses 52 fédérations locales et régionales, l’OFA est une organisation dynamique, dirigée par des agriculteurs et travaillant activement à représenter et faire avancer les intérêts des producteurs ontariens. L’OFA assume un leadership au regard d’initiatives axées sur les résultats et se veut la voix agricole de l’Ontario.

À propos de l’Union des producteurs agricoles (UPA)
L’Union des producteurs agricoles est une organisation syndicale professionnelle avec pignon sur rue dans chaque région du Québec. Y sont affiliés 155 syndicats de base regroupés en 16 fédérations régionales ainsi que 207 syndicats spécialisés appartenant à 21 secteurs de production. La mission principale de l’UPA est de promouvoir, défendre et développer les intérêts professionnels, économiques, sociaux et moraux des 43 000 producteurs agricoles et, par son lien d’affiliation avec la Fédération des producteurs de bois, des 129 000 propriétaires de forêt privée.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ontario Federation of Agriculture (OFA)
http://www.ofa.on.ca/

Organisation mondiale du commerce (OMC)
http://www.wto.org/

Union des producteurs agricoles (UPA)
http://www.upa.qc.ca/

Commentaires