Agriculture biologique – Réservation d’une première appellation

Québec, le 5 avril 2000 – À l’occasion de l’assemblée annuelle de la Fédération de l’agriculture biologique du Québec, qui a eu lieu le 31 mars dernier à Sainte-Foy, le ministre du MAPAQ, monsieur Rémy Trudel, a annoncé qu’il a réservé l’appellation biologique, conformément aux pouvoirs qui lui ont été conférés par la loi sur les appellations réservées.







« Le Québec produit des aliments de qualité comparable à ceux de l’Europe, a souligné le ministre Trudel. Il fallait donc se donner les mécanismes pour en garantir l’authenticité. »


Monsieur Trudel rappelle que le gouvernement du Québec a adopté, en 1996, la loi sur les appellations réservées qui permet au ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation de réserver l’utilisation d’une appellation à des opérateurs qui répondent aux critères qu’il a définis.

Le concept « d’appellation » est mieux connu par la tradition européenne et surtout française dont certains produits d’appellation contrôlée tels les vins, les fromages, les charcuteries contribuent à la réputation de fine cuisine dans ces pays et à l’étranger.

« Le Québec produit des aliments de qualité comparable à ceux de l’Europe, a souligné le ministre Trudel. Il fallait donc se donner les mécanismes pour en garantir l’authenticité. »

C’est précisément l’objectif de cette loi, laquelle vise trois types d’appellation, soit le mode de production, les indications géographiques protégées qui tirent leurs caractéristiques d’une région donnée, ainsi que du savoir-faire des gens de cette région et, enfin, les attestations de spécificité qui tirent leurs caractéristiques à la fois des conditions de production particulières d’un milieu et du savoir-faire des gens de ce milieu.

C’est donc depuis le 1er février dernier que l’utilisation de l’appellation biologique est réservée aux opérateurs, producteurs et transformateurs dont le mode de production, défini dans un cahier de charges, a été certifié par un organisme de certification accrédité par le Conseil d’accréditation du Québec.

« L’agriculture biologique est un secteur de l’agroalimentaire en plein essor et je suis confiant que la réservation de l’appellation biologique permettra à ces produits de prendre leur place sur le marché », a conclu le ministre Trudel.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)

http://www.agr.gouv.qc.ca/

Commentaires