Agroalimentaire : Monsanto se retire du marché européen des céréales

Londres (Angleterre), 16 octobre 2003 – Le géant américain de l’industrie agroalimentaire Monsanto, pionnier dans le domaine des cultures génétiquement modifiées (OGM), a annoncé son retrait du marché européen des semences de céréales, tout en démentant que sa décision soit liée au moratoire de l’Union européenne sur les cultures transgéniques à des fins commerciales.

Monsanto a indiqué la fermeture de son quartier général des céréales pour l’Europe, implanté à Cambridge, à l’est de Londres.

« En plus du site de Cambridge, sont également affectées les stations de reproduction basées en France, en Allemagne et en République tchèque », a annoncé le groupe dans un communiqué.

Cette mesure « résulte d’une décision stratégique de la direction du groupe Monsanto de réajuster l’activité afin de la concentrer sur (des) projets qui auront la meilleure capitalisation sur son marché et ses forces technologiques », selon la même source.

Le groupe « a noté que la croissance attendue de l’introduction de semences de blé hybrides, l’une des principales raisons de l’achat de cette activité en 1998, ne s’était pas concrétisée ».

Monsanto ajoute qu’il allait immédiatement chercher un acquéreur pour tout ou partie de son activité de semences de céréales en Europe.

Le directeur général du groupe pour l’Europe du nord, Jeff Cox, a indiqué que Monsanto devait économiser 108 millions de dollars et allait licencier un employé sur 11 dans le monde, selon le quotidien londonien The Daily Telegraph.

Cette information intervient alors que le gouvernement britannique a publié jeudi dernier les résultats de trois années de tests de cultures transgéniques en plein champs, concernant le colza, la betterave à sucre et le maïs.

Le Parlement européen a adopté en juillet une directive approuvant la vente d’aliments contenant des OGM dans cinq ans, à condition que ceux qui contiennent 0,9% d’OGM ou plus soient clairement étiquetés.

Mais les Etats-Unis ont déposé une plainte en juin devant l’Organisation mondiale du Commerce (OMC), affirmant que le moratoire de cinq ans de l’UE les privaient d’un marché potentiel de 300 millions de dollars.

Source : AFP

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Monsanto
http://www.monsanto.com/

Commentaires