Aide financière au Conseil des Industries Bioalimentaires de l’île de Montréal

Montréal (Québec), 10 septembre 2001 – La ministre d’Etat aux Affaires municipales et à la Métropole, Louise Harel, a annoncé en présence de Diane Lemieux, ministre d’Etat à la Culture et aux Communications et députée de Bourget, le versement d’une aide financière de 215 000 $ devant permettre au Conseil des Industries Bioalimentaires de l’île de Montréal (CIBIM) de réaliser une étude de faisabilité sur les pôles bioalimentaires et de mener des activités de promotion de l’industrie de la transformation alimentaire. L’aide financière, répartie sur trois exercices budgétaires (2001-2004), est puisée à même le Fonds de développement de la métropole.

Fondé en 1999 à l’initiative du milieu des affaires et du secteur public, le CIBIM a pour mandat de promouvoir le développement du secteur bioalimentaire de l’île de Montréal. Il fait partie du réseau des Tables de concertation agro-alimentaire présentes dans toutes les régions administratives du Québec et concentre ses activités auprès des entreprises de la transformation et de la distribution.

En raison des difficultés d’accès aux marchés pour les entreprises de transformation, de la concurrence mondiale et des attentes sans cesse croissantes des consommateurs montréalais, le CIBIM compte réaliser une étude de faisabilité sur les pôles bioalimentaires, concept visant à soutenir des mesures structurantes d’aide à la petite entreprise en regard des problématiques reliées à l’implantation et à la commercialisation des produits bioalimentaires sur l’île de Montréal.

« Le CIBIM contribue activement au développement et à la diversification de l’économie dans le comté de Bourget. Ainsi, grâce à son dynamisme et à son savoir-faire, nos entreprises du secteur bioalimentaire connaissent une croissance soutenue et créent de nombreux emplois de qualité », a déclaré la députée et ministre Lemieux.

« Depuis sa création, le CIBIM a aidé les petites entreprises de transformation alimentaire à introduire leurs produits dans les supermarchés et à acquérir les connaissances de mise en marché de leurs produits dans la région métropolitaine. L’étude de faisabilité sur les pôles bioalimentaires devrait renforcer l’expertise du CIBIM afin de fournir aux entreprises un environnement favorable à leur croissance », a déclaré la ministre Harel.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère des Affaires municipales et de la Métropole

http://www.mam.gouv.qc.ca/

Commentaires