Appui financier à six projets en production porcine, en acériculture et en gestion agricole

St-Joseph-de-Beauce (Québec), le 25 août 2000 – Le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, M. Lyle Vanclief, le président du Conseil pour le développement de l’agriculture du Québec (CDAQ), M. Laurent Pellerin, et le député fédéral de la Beauce, M. Claude Drouin, ont annoncé aujourd’hui des appuis financiers totalisant 445 000 dollars pour la réalisation de projets novateurs en matière de protection environnementale et de gestion des risques en production porcine, ainsi que pour la mise en oeuvre de projets en acériculture et en gestion agricole.







Les fonds accordés dans le cadre du FCADR seront alloués à six projets spécifiques


Ces sommes proviennent du Fonds canadien d’adaptation et de développement rural (FCADR), une enveloppe annuelle de 60 millions de dollars visant à aider le secteur agroalimentaire à s’adapter à l’évolution rapide de l’économie mondiale. Au Québec, le CDAQ est gestionnaire de l’enveloppe destinée au secteur agricole.

« Le gouvernement du Canada est fier d’avoir contribué à la réalisation des priorités établies par le CDAQ, notamment en terme d’amélioration de la capacité concurrentielle des entreprises agricoles, d’innovation technologique et de protection de l’environnement, a déclaré M. Vanclief. Le Fonds est un outil extrêmement important pour la réalisation de projets de croissance et d’adaptation du secteur. »

« Le CDAQ s’est donné pour objectif d’améliorer l’autonomie des producteurs et productrices agricoles de même que la position concurrentielle de l’agriculture québécoise, de commenter M. Pellerin, qui est également président de l’Union des producteurs agricoles. Depuis sa création, le CDAQ a fait la preuve et il l’a fait encore aujourd’hui avec ces annonces qu’il répond à un réel besoin et fait œuvre utile dans le milieu avec ses nombreux partenaires. C’est un véritable
catalyseur. »

Les fonds accordés dans le cadre du FCADR seront alloués à six projets spécifiques, notamment:

Gestion des risques du marché pour la Fédération des producteurs de porcs du Québec

Service informatisé de gestion du risque

La Fédération regroupe l’offre de producteurs et achète, par le biais de courtiers, des contrats à terme sur le marché de Chicago. Le producteur s’engage à livrer un volume à une date prédéterminée en contrepartie de laquelle la Fédération se commet à lui payer le prix en vigueur lors de la transaction. Jusqu’ici peu utilisé au Québec, la Fédération vise maintenant à ce que près de 10 pour cent de la production annuelle soit transigée en Bourse via le marché à terme. Développé par la Fédération au coût de 248 300 dollars, le projet a reçu une aide de 100 000 dollars du CDAQ.

Protection de l’environnement et meilleur calcul du bilan minéral

Un nouvel outil permet désormais aux producteurs de porcs de calculer plus facilement le bilan minéral de leur entreprise et par conséquent, d’optimiser la gestion environnementale à la ferme. Élaboré par la Fédération des producteurs de porcs du Québec en collaboration avec le CDAQ, le nouvel outil vise la réduction des rejets d’azote, de phosphore et de potassium. Le CDAQ a accordé une aide financière de 20 000 dollars pour ce projet de 32 000 dollars. Une vaste campagne de sensibilisation sur l’intérêt de l’utilisation de la méthode a déjà été amorcée auprès des 2 500 producteurs québécois.

Nouveau procédé d’évacuation des lisiers

Dans la poursuite des actions entreprises par l’industrie porcine québécoise en matière environnementale, le Centre d’excellence en production porcine (CEPP) de Saint-Anselme a mis en oeuvre un projet visant à valider l’efficacité et la rentabilité économique d’un nouveau système de traitement du lisier de porc à la ferme. Le procédé vise le meilleur contrôle des odeurs et la diminution des volumes de rejets produits, tout en assurant la préservation des propriétés fertilisantes du lisier. Le système sera mis en place à la ferme-école du Centre et pourra être apprécié tant par les agriculteurs que le public visiteur. L’unité de traitement des lisiers est actuellement en construction, l’entrée des animaux étant prévue pour décembre prochain. Le CDAQ a accordé un appui de 100 000 dollars à ce projet évalué à 400 000 dollars.

Acériculture

Création d’une banque de données technico-économiques

Malgré sa position de chef de file mondial en acériculture, le Québec dispose de peu de données de base fiables sur les paramètres de productivité, de qualité et de rentabilité des exploitations acéricoles. Aussi, appuyé par le CDAQ à hauteur de 100 000 dollars, la Fédération des producteurs acéricoles du Québec a amorcé la mise en place d’un programme de collecte et d’analyse de données technico-économiques, visant un développement mieux ordonné de ce secteur. Plus spécifiquement, les données réunies dans la banque d’information permettront une meilleure évaluation des coûts de production ainsi que le repérage plus efficace des problématiques observées dans les érablières modernes. Ce projet s’échelonnera jusqu’en juin 2002 et requiert un investissement de 329 000 dollars.

Évaluation des teneurs naturelles en formaldéhyde dans le sirop d’érable

Le Centre de recherche, de développement et de transfert technologique en acériculture (ACER) bénéficie de l’appui du CDAQ dans le développement d’outils scientifiques d’évaluation des teneurs naturelles en formaldéhyde dans le sirop d’érable. Rappelons que l’usage de la formaldéhyde lors de l’entaillage des érables est interdit au Canada et que depuis l’an dernier, les États-Unis, principal pays d’exportation du produit, ont également révoqué la tolérance légale de résidus. Le projet doit se terminer en décembre 2001. Il est évalué à 129 000 dollars, impliquant une contribution de 59 600 dollars du CDAQ.

Gestion agricole

Cercle d’échange de travail à forfait

Afin de diminuer les charges financières afférentes à l’achat et à l’entretien de la machinerie agricole, une part importante des dépenses à la ferme, la Fédération de l’UPA de la Beauce a initié un projet de Cercle d’échange de travail à forfait. La création de ce regroupement, développé selon une façon de faire très répandue en Europe, devrait permettre aux producteurs participants de mieux gérer l’offre et la demande globale de travaux à forfait. Ce projet de 169 000 dollars s’échelonnera jusqu’en 2002 et reçoit une aide de 64 200 dollars du CDAQ.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada

http://Aceis.AGR.CA/

Centre de recherche, de développement et de transfert technologique en acériculture (ACER)

http://www.centreacer.qc.ca/

Conseil pour le développement de l’agriculture du Québec (CDAQ)

http://www.cdaq.qc.ca/

Fédération de l’UPA de la Beauce

http://www.fortune1000.ca/upa/

Le Porc du Québec

http://www.leporcduquebec.qc.ca/

Union des producteurs agricoles (UPA)

http://www.upa.qc.ca/

Commentaires