Baie Missisquoi : mise en place de solutions durables

Québec (Québec), 15 août 2003 – Le ministre de l’Environnement, Thomas J. Mulcair, a annoncé un plan d’action en six points visant à circonscrire la prolifération des cyanobactéries dans la baie Missisquoi.

« Tout comme la population de la région, je suis préoccupé par l’état dela baie Missisquoi. Le temps est venu de travailler ensemble pour mettre enplace des solutions durables et concrètes au problème des cyanobactéries quiaffecte cette baie. Ce problème étant la conséquence de pratiquess’échelonnant sur plusieurs décennies, il faut toutefois être conscients qu’ilfaudra beaucoup de temps avant que la situation ne devienne acceptable », adéclaré le ministre Mulcair.

Compte tenu du fait que l’assainissement de la baie Missisquoi nécessiteune action concertée des deux côtés de la frontière, le ministre Mulcaircompte ainsi intensifier les efforts pour accélérer l’échéancier de travailprévu avec l’Etat du Vermont par le biais du comité conjoint.

Il entend de plus travailler avec les représentants du ministère desAffaires municipales, du Sport et du Loisir, ainsi qu’avec les élusmunicipaux, pour assurer le respect de la Politique de protection des rives,du littoral et des plaines inondables et le Règlement sur l’évacuation deseaux usées des résidences isolées, ainsi que la réalisation des travauxd’assainissement des eaux usées à Abercorn.

Puisqu’une grande portion des apports de phosphore responsables descyanobactéries provient des activités agricoles, le ministre Mulcair compte d’autre part, en collaboration avec le milieu agricole et le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, prendre les moyens pour assurer le respect du Règlement sur les exploitations agricoles afin d’amener la présentation d’une stratégie agroenvironnementale pour l’ensemble des agriculteurs du pourtour de la baie. Il a d’ailleurs effectué un premier pasen ce sens en intensifiant les inspections et le contrôle, avec l’approche« ferme par ferme » visant à responsabiliser les agriculteurs à atteindre lesobjectifs de mise aux normes.

Tout en accordant son appui aux actions menées par la Corporation bassinversant baie Missisquoi, le ministre Mulcair souhaite que cet organismecontinue d’intégrer et de coordonner les efforts du milieu régional, notammentpar le biais d’une représentativité exemplaire des trois types d’usagers del’eau formant le comité, à savoir les élus municipaux, les citoyens et groupesenvironnementaux, ainsi que les groupes d’intérêts à vocation économique.

Le ministre accorde de plus son appui au milieu local pour la mise enbranle d’initiatives destinées notamment à la mise en place d’une gestionrationnelle des matières fertilisantes ainsi qu’à la protection et à lasurveillance des eaux.

Le ministre s’est dit confiant que la mise en oeuvre de la Politique del’eau du Québec permettra une récupération accélérée des divers usages del’eau. « En plus des mesures à court terme, principalement agronomiques,destinées à freiner le cycle de dégradation des eaux de surface et des eauxsouterraines, la Politique prévoit d’autres mesures, plus environnementales,qui vont permettre de récupérer les usages dans les zones sensibles, pour legrand bénéfice des écosystèmes et de la population », a conclu le ministreMulcair.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère de l’Environnement du Québec
http://www.menv.gouv.qc.ca

Commentaires