BIOTECanada félicite les députés fédéraux qui ont défait le projet de loi sur l’étiquetage obligatoire

Ottawa (Ontario), 17 octobre 2001 – BIOTECanada, l’association nationale de biotechnologie, a félicité les députés fédéraux qui ont défait le projet de loi C-287 en deuxième lecture.

« L’étiquetage d’aliments génétiquement modifiés constitue un dossier sérieux et complexe », a déclaré Mme Janet Lambert, la présidente de BIOTECanada. « Le projet de loi C-287 faisait peu de chose pour promouvoir un débat réfléchi. En fait, il proposait une conception très étroite de l’étiquetage obligatoire. »

« Maintenant, les Canadiens et leurs députés fédéraux ont une occasion de réfléchir à l’étiquetage volontaire, conformément aux recommandations de la Société royale du Canada et du Comité consultatif canadien de la biotechnologie », a ajouté Mme Lambert.

« Ce sont là deux organismes qui jouissent du plus grand respect et qui sont tous les deux convaincus que l’étiquetage volontaire constitue la meilleure formule pour les Canadiens. »

BIOTECanada et ses membres invitaient les députés à réfléchir aux points suivants avant de voter :

  • Le projet de loi proposé ne confère aux Canadiens aucun avantage supplémentaire en matière de santé et de sécurité
  • Le gouvernement fédéral impose déjà l’étiquetage obligatoire lorsqu’il y a des préoccupations de santé et de sécurité
  • Le secteur agro-alimentaire emploie plus de deux millions de Canadiens et Canadiennes et il génère neuf pour cent du Produit intérieur brut (PIB) du Canada. Et pourtant, on n’a pas soigneusement réfléchi à l’incidence économique du projet de loi proposé sur cette industrie importante.
  • Une étude récente menée par KPMG estime que l’étiquetage obligatoire se traduira par une augmentation des prix des aliments transformés d’au moins 10 pour cent.

De plus, une norme d’étiquetage volontaire sera publiée cet automne, après presque deux ans d’un développement intensif par l’Office des normes générales du Canada en consultation avec plus d’une soixantaine d’organismes représentant des consommateurs, des agriculteurs, des chercheurs et l’industrie de l’alimentation.

« BIOTECanada et ses membres sont ravis de voir que les députés fédéraux n’ont pas rejeté les efforts de l’Office du revers de la main », ajoute Mme Lambert. « Nous sommes convaincus que les Canadiens profiteront davantage d’une norme d’étiquetage volontaire que les détenteurs d’enjeux s’accordent à maintenir et à laquelle ils travaillent ensemble, plutôt que d’une norme d’étiquetage obligatoire imposée par le gouvernement. »

Au sujet de BIOTECanada

BIOTECanada est le porte-parole national de la biotechnologie au Canada. L’Association représente plus d’une centaine d’organismes dont les secteurs des soins de santé, de l’agro-alimentaire et de la recherche, qui s’emploient à faire bénéficier les Canadiens et Canadiennes des avantages économiques et sociaux de la biotechnologie. Pour plus de renseignements, veuillez rendre visite au site Web suivant : www.biotech.ca.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

BIOTECanada

http://www.biotech.ca

Commentaires