Ligne de temps

Carences en manganèse

Le manganèse (Mn) est un oligo-élément essentiel à la croissance des plantes. Il joue un rôle important dans la biosynthèse de la chlorophylle, la photosynthèse et la respiration. Dans certaines régions du Québec, particulièrement en sols légers, la carence en Mn est observée régulièrement dans des champs de céréales à paille et, dans une moindre mesure, dans des champs de soya.

Carence en manganèse dans du blé de printemps. PHOTO : Brigitte Duval, MAPAQ

Carence en manganèse dans du blé de printemps. PHOTO : Brigitte Duval, MAPAQ

Voici quelques informations techniques à ce sujet, gracieuseté du Réseau d’avertissements phytosanitaires (RAP), illustrées par des images d’Iriis Phytoprotection.

La carence en Mn apparaît le plus souvent dans un sol ayant un pH élevé et/ou une faible teneur en Mn disponible. Par contre, les sols à pH naturellement élevé ne présentent pas obligatoirement de risques élevés de carence en Mn. C’est davantage le surchaulage des sols acides qui provoque la carence.

Diagnostic et symptômes
Chez les céréales à paille et le soya, les symptômes de la carence en Mn apparaissent généralement alors que les plantes sont encore au stade végétatif. Il est donc important de visiter les champs régulièrement, surtout en juin pour les céréales et en juillet pour le soya.

Les symptômes d’une carence en Mn se présentent principalement par une chlorose entre les nervures (feuilles jaunies et nervures demeurant vertes) d’abord sur les jeunes feuilles d’une plante, car le Mn n’est pas mobile dans la plante. À l’échelle d’un champ, la distribution des plantes carencées n’est généralement pas uniforme (symptômes par ronds ou par zones), car le niveau de Mn dans le sol est très variable à l’intérieur d’un même champ.

Les feuilles et les tiges de céréales carencées en Mn ont un port affaissé. Dans certains cas, les plants de céréales présentent des taches ovales grisâtres apparaissant d’abord à la base des nouvelles feuilles.

Les symptômes de la carence en Mn sont évidents et permettent donc à une personne expérimentée de faire un diagnostic fiable. Toutefois, les analyses de sols et de tissus végétaux sont d’excellentes façons de confirmer le diagnostic.

Les analyses du sol et des tissus végétaux provenant de zones apparemment carencées, en comparaison avec celles provenant de zones apparemment saines, en révéleront beaucoup sur le problème rencontré dans le champ.

Pour plus d’information sur les méthodes d’échantillonnage de sols et de tissus végétaux, et pour la grille d’interprétation des analyses de tissus végétaux, consultez le chapitre 8 du Guide de référence en fertilisation du CRAAQ (CRAAQ, 2010).

Prévention et correction d’une carence en Mn
Pour prévenir la carence en Mn, il faut éviter de surchauler les sols dont la teneur en Mn disponible est faible ainsi que les sols très riches en matière organique. L’application de Mn au sol n’est généralement pas recommandée, car de grandes quantités seraient nécessaires (le Mn appliqué au sol serait transformé en une forme non disponible).

Dans la plupart des cas, les carences ne sont pas causées par une absence de Mn dans le sol, mais bien à une faible disponibilité de celui-ci. Les pulvérisations foliaires de Mn sous forme de sulfate de manganèse (MnSO4) peuvent être efficaces et économiques pour corriger les carences en Mn chez les céréales à paille.

Pour les céréales à paille, il est généralement recommandé d’appliquer l’équivalent de 1 kg/ha de Mn sous forme de MnSO4 en poudre fine mouillable ou soluble, dans un volume d’eau de 200 à 250 litres/ha, en utilisant un surfactant non ionique. La période optimale pour faire le traitement se situe à la fin du tallage, alors que la couverture du feuillage est adéquate (le feuillage est assez abondant pour absorber le produit). Occasionnellement, une deuxième application de MnSO4 pourrait être nécessaire.

Feuilles de soya carencé en manganèse. PHOTO : Brigitte Duval, MAPAQ

Feuilles de soya carencé en manganèse. PHOTO : Brigitte Duval, MAPAQ

Dans le soya

Pour ce qui est du soya, sur des sols non carencés en Mn, l’apport de Mn foliaire n’améliore ni le rendement ni la qualité des grains. Même sur des sols pauvres ou moyens en Mn, le soya répond peu à la fertilisation en Mn. Divers essais scientifiques ont été réalisés au Centre-du-Québec, de 1995 à 2001, sur des sols pauvres à moyens en Mn. Les résultats de ces essais indiquaient une faible probabilité de réponse.

Il n’est généralement pas recommandé d’appliquer le MnSO4 en mélange avec les herbicides usuels. La présence de l’herbicide peut diminuer l’efficacité du Mn et, de plus, l’efficacité de la lutte contre les mauvaises herbes pourrait être réduite.

Source et références : Réseau d’avertissement phytosanitaire, Bulletin d’information No 9 – 2012.

à propos de l'auteur

André Dumont's recent articles

Commentaires