C’est parti pour le soya!

Les moissonneuse-batteuses ont fait leur entrée dans les champs de soya, après un été qui a causé bien des soucis dans certaines région du Québec. Dans son dernier rapport en date du 20 septembre, la Financière agricole rapporte que 3% des superficies de soya ont été récoltée (Outaouais et Capitale-Nationale). D’après les premiers résultats, le rendement s’annonce supérieur à la moyenne avec une bonne qualité.

« On a un mois de septembre exceptionnel », indique Miguel Provost, directeur de territoire, Est du Québec, pour Prograin. « On n’est pas encore dans le rush de la récolte, qui devrait être la semaine prochaine. C’est commencé en Montérégie et un peu dans le Centre-du-Québec, mais les premiers résultats qu’on observe dans nos installations sont très bons, avec un rendement excellent qui est supérieur à la moyenne, une humidité conforme et une bonne qualité. »

François Labrie, agronome spécialisé dans le maïs et le soya pour la Coop fédérée confirme. « On est en retard d’une semaine par rapport à 2015. La saison avait débuté le 15 septembre l’an dernier. Ce qui est récolté en ce moment est le soya hâtif. Le printemps a été froid et a retardé les semis mais le rendement s’annonce bien, tout comme la qualité. Ce n’est pas aussi bon que l’année passé mais c’est une bonne nouvelle pour les producteurs ».

La sécheresse de l’été ne semble pas avoir eu de dommages durables et si le temps sec a eu des impacts dans les champs, ils semblent localisés. « Les terres qui ont une moins grande capacité de rétention d’eau affichent des rendements plus variables. Il y a des endroits où c’est très sec, comme à Saint-Polycarpe, mais si la pluie est tombée au bon moment, la croissance n’a pas été trop affectée. En Montérégie, la récolte s’annonce bonne et elle augure très bien au Centre-du-Québec, contrairement à l’an passé où la récolte avait été désastreuse », explique François Labrie.

À vos couteux!
Les producteurs auront quelques défis à relever cette année. François Labrie indique que le beau temps a favorisé la photosynthèse dans les plants de soya, faisant en sorte que les tiges sont encore vertes, même si les fèves sont prêtes. « Il ne faut aller trop vite dans le champ et être sûr d’avoir des couteux qui coupent bien. L’ajustement de la batteuse va être important. Le temps de récolte risque aussi d’être plus court en commençant en début d’après-midi plutôt qu’en matinée. »

Miguel Provost a observé le même phénomène et recommande de prendre son temps. « Avec le beau temps, les producteurs seront moins pressés. Des fois on force un peu, même si des coins du champ ne sont pas encore prêts, mais les conditions météo devraient permettre d’attendre cette année. »

Autre observation, la présence de mauvaises herbes est plus importante cette année. Les traitements post-levés ont été rendus plus difficiles en raison du temps sec. Il faudra porter attention à ce facteur pour ne pas tâcher le soya, surtout celui destiné à l’alimentation, notent les deux experts.

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires