Choisir un bon cultivar de luzerne

Le choix du cultivar est aussi important dans la luzerne que dans les autres cultures comme le maïs, le soya ou les céréales. Et même plus, selon Jerry Lindquist, un chercheur de l’Université de l’État du Michigan. Puisque la culture sera en place pour plusieurs saisons, la décision du bon cultivar aura des répercussions plus importantes. Mais comment faire pour comparer les différents cultivars sur la ferme lorsque tout le champ est ensemencé avec le même?

Les essais officiels réalisés par les universités américaines viennent répondre à ces questions. Au Québec, c’est le Comité plantes fourragères du Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec (CRAAQ) qui coordonne les évaluations des différents cultivars. En plus d’évaluer le rendement comparatif, ces essais fournissent des données précieuses sur la résistance aux maladies et insectes. Ces critères affecteront la survie à l’hiver et conséquemment le rendement cumulatif sur plusieurs années. Car c’est le rendement total de toutes les coupes pendant les trois ou quatre années qui déterminera la profitabilité du cultivar.

Le comité des plantes fourragères de l’Ontario présente des données sur le site de GoForages.ca sur le rendement relatif pour la troisième et quatrième année après l’établissement. Ainsi, un indice plus élevé que 100 indique que le cultivar a un rendement supérieur aux témoins et est souvent associé à une meilleure persistance.

L’utilisation de plusieurs données permet un choix éclairé sur les cultivars les plus adaptés et les plus payants, car chaque hectare utilisé pour la production de fourrages doit être compétitif par rapport aux autres cultures.

 

Source : Ontario Farmer et GoForages.ca

 

à propos de l'auteur

La référence en nouvelles technologies agricoles au Québec.

Le Bulletin des agriculteurs

Fondé en 1918, Le Bulletin des agriculteurs traite des tendances, des innovations et des dernières avancées en matière de cultures, d’élevages et de machinisme agricole dans le but de faire prospérer les entreprises agricoles d’ici.  

Commentaires