Commerce extérieur agroalimentaire de la France : excédent en baisse au 1er semestre

Paris (France), 27 septembre 2004 – Le commerce extérieur agroalimentaire de la France a enregistré un excédent de 3,49 milliards d’euros au premier semestre 2004, en baisse de 6,3% par rapport à la même période de 2003, a annoncé Ubifrance, l’agence française pour le développement international des entreprises.

Les exportations françaises de produits agro-alimentaires se sont élevées pour les six premiers mois de 2004 à 18,7 mds EUR, en diminution de 0,8% sur le premier semestre de 2003, tandis que les importations enregistraient, pour la même période, une progression de 0,6% à 15,25 mds EUR.

Le taux de couverture s’est élevé à 122,9% pour les six premiers mois de 2004 contre 124,6% pour le premier semestre 2003.

Cette baisse – la première pour le premier semestre de l’année depuis 2001 – est, comme attendu, surtout due au principal secteur pourvoyeur de cet excédent -les vins et spiritueux- dont le solde est en recul (2,920 mds EUR pour le premier semestre 2004 contre 3,062 mds EUR pour la même période de 2003, soit une baisse de 4,6%).

Les exportations de ce secteur, pour la première fois depuis longtemps, sont en diminution de 3,5% (3,470 mds EUR contre 3,594 mds EUR), alors que les importations progressent de 3,3% (550 M EUR contre 532 M EUR).

La baisse concerne les vins (-5,3%) plus que les spiritueux (-2,4%)

Même si les chiffres de 2003 avaient été exceptionnellement valorisés par les expéditions des Grands Crus 2000 de Bordeaux, achetés en primeur, la situation des volumes est très préoccupante car ceux-ci sont en recul de 4,6% pour le premier semestre.

Les exportations de vins ont été très bonnes sur le Japon et l’Asie du Sud-Est (Taïwan, Corée du Sud, Hong-Kong, Singapour), bonnes en Italie et au Canada, mais médiocres sur l’Allemagne, la Suisse, le Danemark et la Grande-Bretagne et surtout les Etats-Unis (-1,9 % en volume mais -15,7% en valeur).

Le Champagne et les vins mousseux bénéficient toujours d’une demande assez soutenue depuis plus de deux ans.

Mais ce sont les vins tranquilles d’appelations qui subissent le plus gravement la récession.

Si la Bourgogne et la Loire ont bien débuté l’année 2004, le Bordelais, le Beaujolais et les Côtes du Rhône souffrent tout particulièrement de cette mauvaise conjoncture.

Pour ce qui concerne les spiritueux, le Japon, l’Espagne et le Grande-Bretagne progressent très nettement tandis que Singapour compense largement les pertes observées sur Hong-Kong et Taïwan. Ce qui fait de Singapour le deuxième client de la France en valeur, devançant même le Japon.

Source : AFP

Commentaires